Depuis le 2 février, après l’interpellation plus que musclée du jeune Théo L. à Aulnay, la France et les banlieues parisiennes sont bouleversées et en colère, réclamant justice pour Théo au travers de nombreuses manifestations qui ont donné lieu, pour certaines, à des débordements.
 

Avec l'affaire Théo L., ainsi que celle d’Adama Traoré l’été dernier, la question des banlieues dans le débat politique et d'autres sujets polémiques, dont la violence policière ou encore le contrôle au faciès, ont été mis en lumière.

Le Bondy Blog en première ligne
 

Un média en particulier, le Bondy Blog, né de ces fameuses émeutes, tire sa spécificité en racontant l’actualité des banlieues et des politiques entreprises à leur égard.  Par le biais de ses propres habitants qui s’improvisent rédacteurs, le média, par conviction, à la volonté d’inclure cette population dans le débat national à travers leur participation et les thèmes abordés dans les articles. Par ailleurs, face à cette forte médiatisation sur l’affaire Théo, une tribune du blog, déploie « ce que l’affaire Théo dit de nos faiblesses » politiques, qui auraient pu prévoir un tel acte.


Les hommes politiques ont dû réagir face à cet acte, alors qu'une importante partie de la population qualifie cela de grave et propice à des sanctions. Mais, pour certains, tels que Marine Le Pen, l’Inspection générale de la police, ou encore le responsable du syndicat policier Luc Poignant, l’ampleur donnée à cette interpellation n’a pas lieu d’être. Quand la police doit rester ferme face aux manifestations, l’hospitalisation du jeune Théo est accidentelle et les injures à son égard sont « convenables ». Pour le défenseur des droits Jacques Toubon, c’est un « fait de société », du fait des contrôles au faciès que le gouvernement peine à améliorer et qui sont à l’origine des problèmes entre les policiers et jeunes de banlieues.

Le chômage, problème numéro un
 

Mais si ce sont ces grandes questions que suscitent ces affaires, pour la rédactrice en chef du Bondy Blog Nassira el Moasddem, en conférence le 8 février dans l’université de Paris 8, le problème numéro un aujourd’hui est le chômage, préoccupant notamment les étudiants qui aspirent à une carrière. Les jeunes de quartier populaires ne bénéficient pas de moyens suffisants pour parvenir à s’élever socialement. Par conséquent, depuis 2009, le Bondy Blog aide vingt étudiants par an à passer des concours via une classe préparatoire égalité des chances entièrement gratuite, en partenariat avec l’ESJ de Lille.
 

Par ailleurs, Nassira el Moasddem, fille d’immigrés marocains, déclare qu’il n’y a pas d’objectivité journalistique à cause d’une culture et de présupposés, et donc que le journalisme est une « écriture d’histoires à travers des vies ». Le fonctionnement de ce média donne l’exemple sur la parole à prêter aux habitants et plus particulièrement ceux issues des banlieues, dont la parole n’est pas forcément très relayée par les autres titres de presse.

Effectivement, politiquement comme médiatiquement, les banlieues sont en général uniquement mises en lumière lors d’affaires graves sur lesquelles il n’est pas possible de fermer les yeux. C’est le cas pour des questions d’éducation avec des classes manquant de professeurs, ou des questions économiques, avec des jeunes au chômage, ou en l’occurrence, pour des violences policières.
 

L’affaire Théo L. et celle d’Adama Traoré, très médiatisées ont permis une nouvelle ouverture sur les banlieues dans le débat politique et vont peut-être permettre, à terme,  d’ouvrir les yeux sur les problèmes qui, tout autant que les violences policières, sont le quotidien des quartiers populaires.

Janvier, quand la rue est un nuancier

February 5, 2019

Photos : les manifestations anti-ordonnances à Paris

November 19, 2017

"Ni Le Pen, ni Macron, à bas les élections !"

April 27, 2017

Reportage à la manifestation contre les violences policières

October 16, 2016

1/2
Please reload