Hier s’est déroulée la 41ème cérémonie des César au théâtre du Châtelet à Paris. Portée par une excellente Florence Foresti, la soirée fut bien moins ennuyeuse et austère qu’a l’accoutumée. Marquée par plusieurs moments d’émotions, cette cérémonie des césars a notamment sacré Mustang, Marguerite et La Tête haute.

Il est toujours délicat de présenter la cérémonie des César. Pour cette 41ème édition, c’est Florence Foresti qui s’y est attelée, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’humoriste a relevé le challenge. Connue pour son ennui mortel et son public fastidieux, la soirée des Césars n’est généralement pas facile à regarder pour les téléspectateurs. Pourtant, hier soir, plus de 2 millions d'entre eux étaient rassemblés devant Canal Plus, appréciant tout au long de la soirée les moments d’émotions et les sketchs hilarants de Florence Foresti. Mais comment expliquer le « succès » relatif de cette soirée ? Loin de dire qu’Antoine de Caunes ou les nombreux prédécesseurs de la maitresse de cérémonie étaient moins drôles, cette fois-ci la veillée n’a pas trainé en longueur et ça change tout. Parmi les nouveautés, l’absence de pupitre forçant les lauréats à ne pas s’attarder sur scène pour prononcer des discours plus ou moins répétitifs, n'a pas empêché le malaise de s'immiscer à certains moments de la soirée. A l’image du sketch « Bloquées » avec Vanessa Paradis, interprété normalement par les rappeurs Orelsan et Gringe, les scènes vidéo préenregistrées ont quant à elles apporté du dynamisme et de l’humour à une soirée qui en manquait cruellement. Le gimmick avec Vincent Cassel, qui n’était pas présent à la cérémonie, a lui aussi facilité la sympathie et l’accroche du public, tout comme les bons moments qui ont fait rire l’assemblée, notamment avec Jérôme Commandeur lors de la remise du César du meilleur montage.

Les favoris couronnés

Lors de cette cérémonie, plusieurs films partaient favoris comme « Marguerite » de Xavier Giannoli et « Trois souvenirs de ma jeunesse » d’Arnaud Desplechin avec 11 nominations respectives.

« Marguerite » a bien connu la réussite espérée avec 4 César dont celui de Meilleure actrice pour Catherine Frot. 4 récompenses également pour « Mustang » de Deniz Gamze Ergüven, dont celui de Meilleur Premier Film. Le long-métrage franco-turc représentera par ailleurs la France dans la catégorie du meilleur film étranger dimanche lors de la 88ème cérémonie des Oscars. « Trois souvenirs de ma jeunesse » a de son côté remporté un seul César, celui de Meilleur réalisateur, alors que « Fatima » a fait sensation et séduit le jury en s’emparant des Césars du Meilleur Film et du Meilleur espoir féminin pour Zita Hanrot.
Au-delà du palmarès, plusieurs lauréats ont suscité l’émotion comme le jeune Rod Paradot, repéré dans un lycée professionnel, qui jouait son premier film à 19 ans et a reçu le César du Meilleur espoir masculin pour  son rôle dans  « La tête haute ». Le jeune adolescent n’a pas été le seul à remporter son premier César, Benoît Magimel et Vincent Lindon ayant également récupéré, respectivement, le César du Meilleur acteur dans un second rôle pour « La tête haute » et celui de Meilleur acteur pour « La Loi du marché ».

Cette cérémonie des César a donné un second souffle à une soirée trop souvent décevante, grâce à la maitrise de Florence Foresti et aux performances des intervenants comme Christine and the Queens ou encore lle discours de Michael Douglas et l'hommage à sa carrière.

AFP