Dégel des salaires des fonctionnaires : une hausse légitime mais coûteuse

Cela fait six ans que le salaire des fonctionnaires est gelé, et cela a permis d’économiser près de 7 milliards du budget de l’état. La ministre de la fonction publique Annick Girardin a proposé une hausse de 1.2% aux organisations syndicales.

 

Une hausse légitime
 

Cette hausse aura lieu en deux temps : tout d’abord, une hausse de 0.6% en juillet 2016, puis une seconde également de 0.6% en février 2017. Cette revalorisation sera faite sur ce qu’on appelle « le point d’indice ». Cette mesure sert de base au calcul des salaires des fonctionnaires, qui représentent 5.6 millions de personne en France. L’indice est donc un chiffre qui prend en compte divers grades, échelons ou ancienneté. A ce chiffre s’ajoutent des indemnités dépendant du statut, du lieu de résident ou de la composition du foyer. Depuis 2010, cet indice n’a pas changé, alors que l’inflation elle a augmenté, ce qui a traduit une légère baisse des salaires par rapport au pouvoir d’achat. Pour les syndicats, ce gel a eu comme cause un décrochement de près de 8% par rapport a l’inflation, et donc une perte de 8% du pouvoir d’achat.

 


Une mesure électorale et couteuse
 

Cette hausse agace certains politiques, notamment dans le camp républicain. Eric Woerth à déclaré qu’il s’agissait de « l’électoralisme aux frais des Français ». Effectivement, l’élection présidentielle est pour 2017, et comme dans chaque période pré-électorale, les gouvernements font des gestes financiers. Les deux dates à laquelle ces hausses auront lieux ne sont pas anodine, juillet 2016 pour avoir un effet plus ou moins immédiat sur les Français, et la deuxième en février 2017, juste avant les élections. Pour Emmanuel Macron, cette hausse est acceptable mais elle ne doit pas atteindre des niveaux déraisonnables, en d’autre termes cette hausse est la bienvenue, mais à court terme. Du côté du MoDem, François Bayrou a qualifié cette augmentation de légitime, mais qu’il va être difficile de la financer.

Enfin du coté des syndicats tout n’est pas rose. Jean Marc Canon de la CGT a déclaré que cette hausse n’est « pas suffisante après les 6 ans de gel, surtout dans le contexte actuel ». Le gouvernement n’a cessé de faire l’éloge du personnel hospitalier, des policiers et de l’armée, tous fonctionnaires, et cette récompense parait en-deçà de ce qui était attendu. Cette hausse a également comme but de désamorcer le mécontentement de la rue. Depuis plusieurs jours, le gouvernement fait face a des grèves et des manifestations étudiantes et syndicales de plus en plus importante.

Pour finir cette revalorisation a un coût : 2.4 milliards d’euros par an pour l’état. Selon la cour des comptes en 2014 les salaires de la fonction publique s’élevaient déjà à 278 milliards d’euros, soit le quart du budget de l’état. Il faut également savoir que ce chiffre va continuer à grimper puisque le premier ministre et le président ont en plus annoncé une hausse des postes de fonctionnaires.

 

(Flickr)