Sur l'année 2015, le déficit de la SNCF s'élève à plus de 12 milliards d'euros. Quels sont les raisons de cette perte record pour le réseau ferroviaire français ?


La SNCF perd 12,5 milliards d'euros. Elle l'a annoncé le lundi 7 mars alors qu'elle s’apprêtait à présenter ses résultats annuels. Cet annonce a fait l'effet d'un énorme choc dans le monde financier français. Il faut cependant relativiser, la perte est purement comptable puisqu'elle ne porte que sur la valorisation des actifs du groupe SNCF. De plus, le résultat opérationnel net de la SNCF pour 2015 est positif de 377 millions d'euros. Le chiffre d’affaires a surtout été tiré par l’international, en augmentation de 10 %. Le trafic TGV connaît, quant à lui, une croissance de 0,5 % pour 2015.

Cette dépréciation des actifs a été effectuée avec une simulation de ce qu'il vaudront dans 15 ans. Ainsi la baisse atteindra 9,6 milliards d’euros pour SNCF Réseau (infrastructures ferroviaires), 2,2 milliards d’euros pour SNCF Mobilités (trains) et 450 millions d’euros pour les gares. La valeur de Réseau passe ainsi de 43 milliards à 33 milliards d’euros après évaluation des commissaires aux comptes.

 

Des projets qui affectent la balance du réseau

 

Cette baisse de la valeur des actifs de la SNCF est dû en grande partie à l'intégration pour la première fois dans les résultats la branche du réseau et infrastructure chargé de la gestion des infrastructure ferroviaire, de l'aménagement, du développement, de la cohérence et de la mise en valeur du réseau ferré national. Cette branche été gérée par le réseau ferré de France (RFF) à qui la SNCF a succédé au 1er janvier 2015.

La SNCF enregistre une baisse de la valeur de ces actifs sur les trains à cause de la baisse des tarifs sur les TGV et la mise en place d'une ligne à grande vitesse en Tours et Bordeaux qui sera opérationnelle courant 2017 normalement. De plus la SNCF mobilité doit encore s'acquitter d'une dette de 8 milliards d'euros.

En ce qui concerne le réseau, la SNCF projette une baisse du nombre de trains en circulation à cause du développement du co-voiturage, du low-cost aérien et de l'autobus. Ceci entraînera une baisse des recettes liées au péage. Cependant, le réseau souffre de maux beaucoup plus profonds qui sont eux plus difficiles à régler. En effet, le réseau ferroviaire de la SNCF est un réseau vieillissant qui présente une obligation de résultat sur un point crucial : la sécurité. Ce qui nécessite de très gros investissement en maintenance. De plus, le réseau ferroviaire français est endetté de plus de 42 milliards d'euros.