DROITS TV :
CANAL +, LA FIN D'UNE ERE ?

par Paul Idczak

Avec la perte des droits de diffusion de la Premier League, le groupe Canal fait face à un coup dur majeur qui pourrait, à l’avenir, lui porter préjudice de manière non-négligeable.

Dans la lutte perpétuelle qui oppose les grands groupes de médias au niveau des droits TV sportifs, Canal + vient de prendre un sérieux coup derrière la tête. Alors que le groupe fondé en 1984 possédait encore les droits de diffusion de la majorité des matches de Ligue 1, ceux des grands championnats européens, de la Ligue des Champions, de la NBA, du Top 14, de la coupe d’Europe de rugby et de nombreux tournois de tennis il y a encore quelques années, la chaîne cryptée se retrouve aujourd’hui proche du néant.
En effet, lors de l’appel d’offres lancé par la Premier League en France, Canal s’est fait coiffer au poteau par un groupe qui prend de plus en plus d’ampleur ces derniers temps : Altice. Avec une offre qui s’élèverait à plusieurs centaines de millions d’euros selon les dernières rumeurs, ce dernier s’est emparé des droits de diffusion du championnat anglais pour la prochaine saison. Patrick Drahi, le patron du groupe, a confirmé ce vendredi avoir acquis la totalité des rencontres, soit 380 matches étalés sur 38 journées. Pour Canal, les conséquences ne seront pas loin d’être désastreuses.


Canal moins 

Canal Plus est une des chaînes historiques du sport français. Hormis son importance dans la diffusion et le développement des techniques de diffusion des matches de football, et en particulier de Ligue 1, de nombreux fans de basket gardent des souvenirs inoubliables des nuits passées devant la NBA avec George Eddy aux commentaires dans les années 90, ou bien encore des affrontements entre Nadal et Federer dans les antres de Melbourne et de Wimbledon à la fin des années 2000. Et si ceux-là ont déjà dû migrer vers Bein Sports depuis quelque temps déjà, les fans de football pouvaient eux toujours compter sur Canal + pour leur offrir chaque week-end le meilleur du football anglais, souvent considéré comme l’un des championnats les plus attrayants dans le monde du ballon rond. En complément d’une Ligue 1 souvent bien insipide, sur laquelle le groupe désormais contrôlé par Vincent Bolloré n’a d’ailleurs plus droit qu’à la diffusion de deux voire trois matches par journée, les abonnés de Canal + férus de football comptaient sur la Premier League pour voir du spectacle sur la chaîne cryptée. Canal + a en plus joué son va-tout cette saison, avec la diffusion de 5 matches par journée, et de nombreux rendez-vous hebdomadaires liés au foot anglais, ce qui n’était pas le cas ces dernières années. Preuve peut-être du début de la fin pour le sport sur la chaîne numéro quatre : en se concentrant sur la mise en avant de ce qui lui reste dans le domaine du sport, elle met en lumière la pauvreté quantitative que celui-ci implique cette saison. Heureusement que la qualité est de mise, sinon la chute aurait peut-être déjà débuté depuis longtemps pour Stéphane Guy et consorts…

Et la suite ?

Aujourd’hui, Canal paraît être un dinosaure face à ses principaux concurrents dans le domaine du sport. Bein Sports rafle tout, ou presque, et le petit nouveau Altice parvient même à lui damer le pion. L’année prochaine, le groupe Canal ne diffusera plus que deux matches de L1 par week-end et une rencontre de Ligue des Champions par journée… un contenu dérisoire quand on a le passif que possède la chaîne cryptée, et qui pourrait bien lui faire perdre de nombreux abonnés. Pour certains d’entre eux en effet, la perte du football anglais va se traduire par une migration vers Bein Sports ou autre, et donc par un désabonnement. Même si Canal + n’est pas une chaîne de sport à proprement parler, celui-ci est toujours censé représenter un argument majeur pour attirer de nouveaux abonnés. La chaîne ayant déjà commencé à perdre de l’audience pour certains de ses programmes les plus emblématiques comme Le Grand Journal, diffusé en clair, la perte des droits de la Premier League annonce peut-être des lendemains désenchantés pour la diffusion du sport sur ses différents canaux. Peut-être n’est-ce au contraire qu’une simple parenthèse, et que lors de la prochaine offre de droits, Canal augmentera son offre et les récupèrera. Mais, après les avoir laissés filer, il est peu probable que la direction actuelle décide d’égaler les offre mirobolantes du patron de Numéricable ou des actionnaires de Bein Sports dans le futur. Les fans de sport abonnés de Canal Plus devront donc se contenter de miettes, ou bien aller voir ailleurs...