Origins of the Heir : pari gagné pour le fan -film sur la jeunesse de Voldemort

Avec plus de 4 millions de vues en une journée, le fan-film du site Tryangle Films a séduit les fans d'Harry Potter, respectant parfaitement l'univers de la saga avec un mini-budget.

Samedi 13 janvier, 21 h, la toile se déchaîne. Adeptes de la saga Harry Potter et autres curieux se ruent sur la plateforme Youtube pour déguster les 52 minutes du long métrage sur la jeunesse de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, j’ai nommé Voldemort.
 

Le mage noir de la saga de J.K. Rowling reste un personnage mystérieux dont les informations sont révélées au compte-goutte, même dans les livres. Le film naît de la frustration de deux fans, Gianmaria Pezzato et Stefano Prestia, qui expliquent leur démarche sur leur site Tryangle Films « Qu’est-ce qui a fait que Tom Jedusor est devenu Voldemort ? Que s’est-il passé pendant toutes ces années et que s’est-il vraiment passé à Poudlard quand il y est revenu ? Il y a quelques indices dans les livres qui n’ont pas été transposés à l’écran, mais beaucoup de choses restent inconnues. C’est ce que notre histoire veut raconter : l’avènement du Seigneur des Ténèbres avant Harry Potter et sa première défaite. »
 

Ce film non officiel se veut également non commercial et reste disponible gratuitement sur la chaîne YouTube de la maison de production indépendante Tryangle Films. « Cette production n’a aucun lien avec les studios Warner ou J.K. Rowling », précisent les premiers mots du long-métrage. Le duo de fans réalise un objectif de grande envergure : « Gianmaria et Stefano veulent prouver comment, avec persévérance et passion, même sans de gros budgets hollywoodiens, il est possible de réaliser des films compétitifs et qualitatifs », indique la page d’accueil de leur site internet.

TEXTE
 JULIA MAZ-LOUMIDES

PHOTOS
TRYANGLE FILMS
15 janvier 2018

Des fans conquis

Pour un budget de 15 000 euros, Voldemort : Origins of the Heir s’inscrit dans le « top tendance » des vidéos Youtube en seulement quelques minutes. Ce qui a séduit les viewers ? Sûrement le casting ! Parmi les personnages principaux, on retrouve Tom Elvis Jedusor (Stefano Rossi et Davide Ellena), héritier de Serpentard, au désir aussi sombre que le pelage d’Aragog, et Grisha Mac Laggend (Aurora Moroni et Maddalena Orcali, héritière de Gryffondor, dont la beauté égale son courage - coucou Lily Evans).

Comme l’évoque l’affiche du film diffusée sur Facebook, l’héritier de Poufsouffle, Lazarus Smith (Andrea Bonfanti), et celui de Serdaigle, Wiglaf Sigurdsson (Andrea Baglio et Andrea Deanesi), sont également de la partie.

Le petit cœur magique des fans a-t-il battu la chamade pour ce fan-film ?
Avec la note 4.5/5 sur la page Facebook du film, c’est un grand OUI général de la part de la communauté internationale, qui a pu le visionner avec des sous-titres français, anglais, espagnols, italiens ou encore portugais.

De nombreux commentaires Facebook relèvent un décalage entre le mouvement de lèvres des acteurs et leur voix. Un détail si léger que la majorité des spectateurs ne l’ont pas perçu, nous compris. Mais maintenant que nous vous le faisons remarquer, vous ne verrez plus que ça.

À retenir :
 

La superbe performance de Stefano Rossi, l’acteur jouant le charmant Tom Elvis Jedusor. Mis à part un regard bleuté à fendre le ciel et un petit sourire provocateur qui relègueraient Drago Malfoy au rang de voyou de bas-étage, Stefano Rossi possède un vrai talent. Partant d’un simple étudiant à Poudlard, l’acteur développe en peu de temps le côté sombre de l’héritier de Serpentard, l’amenant petit à petit à ouvrir la porte des ténèbres pour devenir Voldemort. Une condescendance parfaite mêlée à un mépris détestable, voilà le combo proposé par l’artiste italien.
 

Allohomora. Expelliarmus. Flipendo. Avada Kedavra. Entre faisceaux lumineux et explosions magiques, les effets spéciaux vous en mettent plein les mirettes. La postproduction du long métrage relève le défi : faire comme les grands avec trois euros en poche. Dès les premières images, les combats de baguettes magiques et autres transplanages vous plongent avec intensité dans l’univers des sorciers. Les couleurs, les crépitements et la façon de matérialiser les sorts font davantage penser aux Animaux Fantastiques dans leur réalisation, donnant un coup de neuf aux combats en ne collant pas aux exigences de la saga originelle.
 

Comment raconter une histoire aussi complexe que l’adolescence de Tom Elvis Jedusor en seulement 52 minutes ? Pari accepté, relevé et réussi pour l’équipe de Tryangle Films qui signe un scénario fourni, respectant assez fidèlement les livres et détails laissés par l’auteure, tout en se laissant une certaine liberté dans les dialogues. Une histoire bien menée qui évite habilement les lourdeurs par sa durée raisonnable.

Le bémol, car il en faut bien un : lorsque vient la fin, on en veut encore. Le film pose les bonnes questions, y répond, mais se permet d’en amener de nouvelles sur les dernières minutes. Est-ce un choix des scénaristes laissant à penser à une suite ? Si tel est le cas, chapeau. Sinon les fans devront contenir leur frustration.

 

À pardonner :
 

Tout en gardant en tête le fait que ce film soit proposé par des fans, pour des fans et avec des fans, il est possible d’émettre quelques critiques que l'on va se risquer ici à proposer. On remarque quelques longueurs vainement comblées par un enchaînement de plans un peu trop hasardeux. Visiblement adeptes du gros plan, les créateurs n’en sont pas avares et on retrouve deux séquences où, à chaque parole, la caméra se met à changer de point de vue comme possédée par le démon. On titille, nous en convenons.

Pour chipoter un peu plus, ajoutons que non, le véritasérum n’a pas une affreuse couleur verdâtre, puisque la potion est incolore. Pourquoi s’embêter à rajouter des détails là où il n’y en a pas ?

Enfin, nombreux commentaires Facebook relèvent un décalage entre le mouvement de lèvres des acteurs et leur voix. Un détail si léger que la majorité des spectateurs ne l’ont pas perçu, nous compris. Mais maintenant que nous vous le faisons remarquer, vous ne verrez plus que ça.

 

Ainsi, Voldemort : Origins of the Heir a su convaincre les fans de la saga : entre effets spéciaux réussis, acteurs charismatiques et scénario bien ficelé, Gianmaria Pezzato et Stefano Prestia ont accompli l’exploit d’un fan-film ensorcelant.

C’est l’heure de dégainer sa baguette magique en bois de hêtre. Enemies of the Heirbeware !