Le gouvernement diminue l'aide au logement

A partir du 1er octobre, l’Aide Personnalisée au Logement (APL) voit ses conditions d’attribution modifiées, par souci d’économies budgétaires.

Des coupes chirurgicales
 

Les aides aux logement représentent chaque année plus de 15 milliards d’euros. L’Etat prévoit d’économiser sur l’année 200 millions d’euros. Mais d’après le ministère du logement, il était impensable de baisser les allocations de manière généralisée. Selon la CAF, 500 000 personnes seraient touchées par ces nouvelles mesures, une très petite partie, donc, des 6,5 millions de bénéficiaires.

La prise en compte du patrimoine
 

Désormais, le patrimoine du demandeur d’aide au logement sera scruté à la loupe pour déterminer le montant des allocations. La possession de patrimoine immobilier, mais aussi les placements financiers. Ainsi, le montant de l’épargne du livret A va entrer en compte dans le calcul. Devant le vent de panique provoqué sur internet par l’annonce de ces coupes budgétaires, le ministère du logement reste bien silencieux sur les réseaux sociaux. Cependant, Emmanuelle Cosse garantit que ces modifications de calcul n’auront qu’une incidence minime sur le montant des allocations versées.

Limiter les abus
 

Dans son opération pour faire passer la pilule, les gouvernement insiste sur le fait que de nouvelles mesures seront prises pour limiter l’utilisation abusive des allocations.

Il s’agit dans un premier temps de ne plus enrichir les marchands de sommeil. Les logements assujettis aux allocations devront correspondre aux critères de salubrité et de moyens seront donnés pour procéder à des vérifications.

Mais surtout, le gouvernement veut à tout prix éviter la surfacturation des appartements. Les inspecteurs de la CAF auraient mis au jour des montages financiers suspectés de faire grossir le montant des APL. Certains locataires s’étaient arrangés avec le propriétaire des lieux pour avoir un loyer plus élevé et ainsi augmenter la somme prise en charge par la CAF.

 

C’est une économie budgétaire ciblée qui toucherait principalement les familles avec enfants. Par ailleurs, cette baisse de budget servirait à financer des opérations de promotion d’accession à la propriété.

Nathan Bonin
(crédits photo : Pixabay)