Lettre 3 – Semaine 6/35 – Dublin
 

Dear Marine,

 

 

« TRICK OR TREAT ? »                                                                                                                    

San Diego vs Dublin : même si un océan, 8 heures et une culture nous séparent, il nous reste encore l’anglais et des tonnes d’anecdotes à partager sur notre année à l’étranger. J’espère que tu es prête à lire le récit de mes aventures/galères étudiantes : ça parle Halloween, rando et boulot !
 

Qui dit 31 octobre dit Halloween évidemment, et bien au-delà de l’évènement commercial, voici l’histoire de ses racines irlandaises (et non étasuniennes comme tout le monde le pense !) : Le mot Halloween viendrait de la contraction « All Hallows’ Even » qui signifie "Jour des Morts". Il y a plus de 2500 ans, cette fête célébrait la fin du calendrier celte qui s’achevait le 31 octobre et non le 31 décembre comme aujourd’hui. Au cours de cette spooky night marquant le passage à la nouvelle année, la frontière entre le monde des vivants et celui des morts était ouverte afin que les défunts esprits viennent rendre visite aux humains. Une version affirme qu’une société de druides allait de porte en porte demander des offrandes pour leur dieu de la mort paien Samain. En cas de refus, ceux-ci lançaient des sorts sur les maisons, d’où le fameux « Trick or Treat ? » 
 

Si la fête est arrivée jusque chez toi, c’est par le biais de l’immigration des Irlandais qui fuyaient la Grande Famine vers 1840. Ainsi, tout le mois d’octobre et plus spécialement le dernier week-end, l’horreur était à l’honneur et tu pouvais entrevoir des gens déguisés dans les rues du centre ville, des décorations glauques envahir les vitrines et les citrouilles coloniser les jardins ! Le plus sympa reste le Bram stocker festival qui s’est déroulé du 27 au 30 : un défilé de prestations musicales et théâtrales, de parades et de danses, sans oublier la traditionnelle « chasse aux bonbons » des enfants dans tous les quartiers le soir du 31.

Le 30 octobre, veille d’Halloween, était un jour férié : « October Bank Day ». Toutes les écoles étaient fermées et les services publics très perturbés. Cela sert généralement à rajouter un jour de « break » pendant la période d’Halloween et de plus profiter des nombreux événements organisés à cette occasion comme le marathon de Dublin le dimanche. Pour te dire à quel point les étudiants de mon club de running à Trinity sont rapides, l’un deux a terminé la course de 42,5 kilomètres en 2h56…
 

J’ai profité de ce jour pour aller marcher au sein du parc national des Wicklow Mountains avec deux amis internationaux, un Allemand et une Suisse-Allemande. Nous avons randonné 7h30, attends, relis bien : 7h30 ! Parcourir 34 kilomètres perdus au milieu des couleurs de l’automne était fantastique, même si, le lendemain, c’était difficile de marcher tellement nous avions dû puiser jusqu’à la dernière force de chacun de nos membres pour terminer la randonnée dans la nuit. Encore une fois nous avons croisé d’immenses lacs, de grandes étendues d’herbe et des troupeaux de moutons partout sur les routes. Le cliché de l’Irlande dans toute sa splendeur.

Après cette journée en pleine nature, back to reality, ce qui signifie recherche d’un job étudiant !

Si jamais un jour par hasard tu cherches à travailler à Dublin, voici mes conseils pour être victorieux : Règle numéro une : « Motivation », « sourire » et « expérience » seront tes atouts dans cette quête du travail parfait. Si tu réfléchis, de la motivation et un grand sourire tout le monde peut en avoir, le problème c’est qu’ici, si tu n’as pas d’expérience, c’est aussi avec un grand sourire qu’on va t’annoncer que « Non désolé, l’endroit est trop huppé pour toi » et que servir un donut ou une glace « n’est pas à ta portée de simple étudiant pauvre ».

Règle numéro 2 : Après le premier endroit où tu auras laissé ton CV jamais tu ne te contenteras, un marathon acharné dans le centre ville tu entameras, jusqu’à la nuit tombée tu distribueras. Tes yeux se transformeront en radar à repérer les affiches d’embauche et jamais tu ne te décourageras !

Règle numéro 3 : Aux gentilles formules de politesse telles que « See you soon » ou « I will call you next week » jamais tu ne te fieras. Enfin, au manager et non aux serveurs tu confieras ton CV, sinon il ira simplement faire grossir le paquet de CV poussiéreux et abandonnés sous le comptoir, contenant les espoirs et rêves de tous les gentils candidats avant toi.

Si par miracle tu surmontes avec succès toutes ces épreuves et que tu reçois un appel te demandant de faire un essai, alors tu as parcouru la moitié du chemin. J’ai un rendez vous demain, 14h30, O’Connell Street. We will see. On se retrouve vite pour le détail excitant des démarches administratives qui constituent l’autre moitié du chemin une fois que tu as trouvé un travail. 

 

Je t’embrasse fort,

 

Manon

PAR MANON DEBUT
7 novembre 2017

En voir plus