Lettre 1 – Semaine 2/35 – Dublin
 

Cher papa, chère maman,
 

Après deux semaines sur l’île émeraude, la routine se dessine : Au fil des jours, je m’habitue à Dublin et ses « friendly » habitants, même si pour l’instant je ne comprends rien à cause de leur Irish accent… J’écoute attentivement leurs propos, quand je sens que c’est le moment j’hoche la tête l’air concentré, 99% du temps ça fonctionne ! 
Mais ne vous en faites pas, car tous les jours, je monte dans le bus 39a à la station « Ongar Road », le chauffeur est gentil, il m’emmène presque devant les portes de l’école ! Il faut également préciser qu’il y a une heure de trajet, comme si tous les jours, je faisais un Lille – Paris aller retour.
J’ai environ 3-4 heures de cours d’anglais par jour et même si à la fin de la journée j’ai l’impression que ma tête va exploser, j’ai dépassé le stade des « however » et « furthermore » dans mes copies pour les remplacer par des expressions un peu plus stylées comme « It’s raining cats and dogs » pour parler du temps (non c’est pas vrai, il pleut même pas sur cette photo) ou « A whale of a time » pour raconter une super soirée.
Après les cours, je rentre à la maison et retrouve ma lovely host family et leurs 2 adorables chiens : Winston et Théodore ainsi que ma coloc mexicaine Monica. Les tacos lui manquent et elle a été obligée d’acheter un manteau en découvrant avec surprise que Dublin ça n’était pas « tequila sunrise et playa » mais plutôt « clouds and beers ». 
Le soir, nous partageons nos expériences de la journée et dans notre anglais moyen, nous avons le doux et rassurant sentiment de nous comprendre. 
En effet, tout est arrangé pour que nous nous sentions bien dans cette maison du quartier « Manorfield Dâle » et de temps en temps, Suzann remplace même les habituelles pommes de terre par quelques vegetables pour nous faire plaisir. 
Ah oui, autre chose ! Si vous pouviez demander à Mamie de me faire un petit chèque parce que là c’est tendu pour moi : entre le bus à 3,30 euros et les supermarchés plus chers que le Carrefour City français j’ai l’impression de perdre au casino tous les jours sans jouer… 
Le week-end c’est le temps des excursions et comme vous pouvez le constater, je ne lâche jamais vraiment mon sac à dos et mon appareil photo. Les paysages méritent véritablement qu’on s’y attarde quelques heures. Je sens qu’une fois de plus je n’ai pas fini de voyager. 
Il paraît que là nous sommes dans la période « honeymoon » qui veut dire que nous découvrons tout avec de grands yeux écarquillés d’enfant, qu’ensuite nous serons « homesick » et que nous voudrons rentrer à la maison… mais il paraît aussi qu’un jour nous serons « fit in » et ce jour là nous serons intégrées. 
Parfois je me demande si tout cela est réel, si j’habite vraiment en Irlande, si je reviendrai vraiment bilingue… mais quand je lève la tête au passage piéton pour traverser, que je regarde du mauvais côté et manque de me faire écraser à cause de la circulation inversée je me dis que non je ne suis pas en train de rêver. 

Merci encore de me permettre de vivre tout ça.

 

Best regards,

Manon

PAR MANON DEBUT
PHOTO ELSA LE CAMPION

12 octobre 2017