"Hé oh la gauche", un nouveau mouvement pour lancer une campagne ?

Il semble que la tendance soit à la création de nouveaux mouvements à gauche en ce printemps 2016, comme en témoigne "Hé oh la gauche", défendant la politique de François Hollande et de son gouvernement.

Après « En marche », le mouvement d'Emmanuel Macron et « La belle alliance populaire », celui de Jean François Cambadélis pour rassembler la gauche en vue des campagnes présidentielle et législative, le porte-parole du gouvernement Stéphane le Foll a lancé le mouvement « Hé oh la gauche » dans le but de défendre le bilan du chef de l’État et de rassembler les soutiens du président sous une même bannière.

Le ministre de l'agriculture avait convié les soutiens du président le lundi 25 avril au soir à un premier rassemblement aux airs de meeting présidentiel à l'Université Paris Descartes. Sur scène, on retrouvait Najat Vallaud-Belkacem ministre de l'éducation, Marisol Touraine, ministre de la santé, le radical Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du territoire, et l'écologiste Emmanuelle Cosse ministre du logement. Une dizaine d'autres ministres étaient par ailleurs présents dans le public mais Emmanuel Macron n'en faisait pas partie car il était en voyage officiel en Allemagne. Ce mouvement a reçu le soutien du Premier ministre qui était alors en déplacement au Mont Saint-Michel.

Une énumération de points positifs
 

Le but de cette réunion était de rassembler les soutiens du président et de défendre le bilan bien maigre du gouvernement. Devant environ 600 militants, Stéphane le Foll a déclaré que la politique du gouvernement avait toujours été conforme aux valeurs de la gauche, répondant ainsi aux critiques de plus en plus virulentes sur l'orientation politique de gouvernement, notamment en pleine période de tension avec les mouvement d'extrême gauche sur la loi du travail. Il a ensuite déclaré que certaines réformes resteraient dans l'histoire dans les domaines du social, de l'éducation et de l’environnement, parmi d'autres. Le ministre de l'agriculture faisait ici référence à la loi Taubira autorisant le mariage des couples homosexuels ou encore à la signature de l'accord de Paris à la COP 21.

La création de ce mouvement a aussi bien fait réagir les internautes que des hommes politiques issus de tous les bords. Par exemple, le chef de file des députés les Républicains Christian Jacob a qualifié ce mouvement d'un « SOS Titanic ».

Ce mouvement montre que le président Hollande réfléchit de plus en plus à se représenter à l'élection présidentielle de 2017, d'autant que les chiffres du chômage de mars sont bon voire même très bons et qu'au premier trimestre 2016 la croissance française a été de 0,5 %. Il cherche donc à compter ses soutiens dans les rang de la gauche et à les rassembler. Cependant, si le président veut avoir une chance d'être ré-élu en 2017 il lui faudra mettre en place autre chose que ce mouvement, qui ne s'assimile finalement qu'à un entre-soi de ses partisans.

(Geoffroy van der Hasselt/AFP)