Cher journal,

Je t'ai dit il y a deux semaines que j'avais décidé de me transformer en chat. Loin d'être un succès, cette expérience m'a permis de me rendre compte de la dureté de la vie de ces braves félidés. En effet, quid des boules de poil et du léchage de cul en guise de douche ? Et ça se dit hygiénique... Du coup, après avoir vu certaines images du salon de l'agriculture, et un reportage sur le nombre de bouses produites par une vache en une journée, j'ai soudain eu envie de devenir un ruminant, dans l'unique but de déféquer sur les chaussures des chers politiques défilant à la Porte de Versailles.

Passage obligé de tout personnage plus ou moins lié à l’État ou à une candidature permettant d'accéder à son sommet, le salon de l'agriculture est tous les ans une mine d'or pour tous les Apathie et autres décrypteurs compulsifs d'une actualité aussi vide et désespérante que le CV de Jean Sarkozy. Pourquoi vouloir toujours démontrer, preuves et insultes à l'appui, que François Hollande a arrêté d'être de gauche, alors que tout le monde sait depuis 2 ans que notre Président joue au golf tous les samedis avec Doc Gynéco et feu Johnny Hallyday. D'autant que dans le gouvernement du sécuritaire Manuel Valls, on a pu trouver le banquier Macron et le vieux Fabius, qui est autant de gauche que Dieudonné est israëlophile. Pourtant, on continue à trouver que la déchéance de nationalité, c'est pas très très de gauche, et qu'il faudrait négocier la loi travail, parce qu'elle est pas très sympa avec les gentils salariés. Alors on manifeste, on dit qu'on est pas d'accord, et on se prend le mur de CRS, construit par Bernard Cazeneuve aussi efficacement qu'un émigré portugais.

Pourtant, le gouvernement continue de se voiler la face, en n'admettant pas que le bateau coule à cause de la coque qui se fissure de plus en plus. C'est alors que la ministre chargée du travail tombe dans les pommes, et que le navire se retrouve sans mousse pour faire les corvées. Et voilà l'autoritaire capitaine Manu qui vient exprimer devant tous sa détermination à continuer tout droit, et ce malgré le gigantesque iceberg visible depuis longtemps grâce au radar fixé directement sur le front de Laurent Joffrin. Le meilleur dans l'histoire, c'est que la mutinerie, qui s'organise depuis la mort cérébrale d'Arnaud Montebourg, ne se décide à insulter le capitaine que maintenant. Et Martine Aubry, sur le modèle de son traître européen de père, ne se rend pas compte que les mutins actuels ne font que fracasser eux-mêmes ce qu'il reste de la coque du navire socialiste à grands coups de roses.

Alors que faire pour tenter de relever la gauche ? Comment puis-je apporter ma pierre à l'édifice, quand on sait que je suis obligé de cacher mon nom pour divulguer mes quelques principes politiques chers, que je dévoile avec autant de conviction que Besancenot obligé de lire un discours torché par le nègre de Christine Boutin. Comme il est difficile d'être activiste quand on n'a pas de nom et que c'est volontaire ! J'ai eu la connerie de dire que je n'existais pas, que je ne suis qu'un avatar caché derrière un journal intime divulgué sur internet, la conséquence directe étant que ce que je dis n'a aucune importance. Où est la subversivité quand toute charge anti-gouvernementale se camoufle derrière une double couche de vernis consensuel, étalé sur les murs de mon appartement par Jacques Séguéla lui-même, quand il n'avait pas encore décidé de se métamorphoser en ogre sarkozyste.

Du coup, je vais sûrement continuer les blagues sur le FN, qui elles, continuent de marcher, peu importe la provenance, tant le contenu est obligatoirement d'une qualité extrême. Je me réjouis d'avance d'assister au banquet de Philippot le premier mai, lorsqu'il sera confronté au patriarche Jean-Marie, lui-même fraîchement revenu de sa joute avec Philippe de Villiers pour savoir qui aura la bague de Jeanne d'Arc. Je suis très impatient de voir la tête du dandy lorrain quand le vieux Le Pen dégainera son épée pour engager un duel à mort. Il fera moins le malin avec son repas des anciens, quand il se retrouvera découpé en rondelles et exposé sur des piquets autour de la statue de Jean Jaurès.

Pourtant, cher journal, je ne peux m'empêcher de penser que toutes les blagues à tendances moyenâgeuses et nazies sur les Fascistes Nationaux n'ont plus rien d'original depuis que Marine poste des photos d'elle sur internet, posant avec des petits chats tout mignons, juste avant de les cuisiner et de les déguster avec des fèves au beurre et un excellent chianti. Et par conséquent, pour pouvoir emmerder au sens propre les politiques, une réincarnation en vache d'exposition me plairait particulièrement. Je te conseille de suivre les infos, cher journal, car ma réincarnation n'interviendra qu'après mon auto-immolation par le feu devant le domicile de Jean-Christophe Cambadélis, c'est-à-dire une benne à ordures derrière les jardins de l’Élysée. Ne loupe surtout pas ça, j'aurai par avance prévenu BFM et iTélé et tout sera en direct à la télé. Et si tu peux témoigner de mes dernières paroles, je voudrais que ce soit Jack Lang qui me rende hommage.