La Grime, le rap de banlieue britannique qui fait son trou

A l’occasion de la sortie de l’album de Wiley, mise en lumière du rap urbain anglais : le Grime.
 

Drake, Future ou encore Kanye West aux Etats-Unis, MHD, PNL ou Nekfeu en France, la scène urbaine, plus précisément celle du hip-hop, devient de plus en plus populaire. Le 13 janvier c’est Wiley, véritable parrain du genre urbain anglais qui a sortie son onzième album. L’occasion de revenir sur ce genre inconnu hors des plages de la Grande Bretagne.
 

Wiley, Dizzee Rascal, Skepta, Stormzy… ces noms ne vous disent peut-être rien, mais outre- Manche, ce sont les acteurs les plus importants de la scène urbaine britannique. Tous représentent la Grime, un genre musical qui puise ses racines dans un mélange de UK garage (musique électronique), de drum and bass, de dancehall et de hip-hop, le tout en fond d’un argot propre à la banlieue londonienne. La Grime telle qu’on la connait aujourd’hui a émergé au début des années 2000 dans le quartier de Bow (Tower Hamlets, dans l’est de Londres) très étroitement liée à la radio pirate Rinse FM.

C’est véritablement sur ces plateformes que le genre va se développer et grandir. Au sein de celle-ci, deux artistes sortiront clairement du lot : Wiley et Dizzee Rascal. Initialement, le premier était le mentor du second. Dès 2003 et 2004 ils sortent leurs premiers albums respectifs sur le label XL, Treddin’ on Thin Ice pour Wiley et Boy in da Corner pour Dizze Rascal. Suite à un différend, les deux artistes prendront différentes directions, Wiley restera dans la Grime et le genre underground, tandis que Dizzee Rascal deviendra plus mainstream, notamment en classant quatre singles numéro 1 du hit-parade britannique avec l’album Tongue n’ Cheek. C’est parallèlement à ces artistes que le reste de la scène Grime va se développer, notamment autour de crews comme Roll Deep (Wiley, Tinchy Strider, etc) ou Boy Better Know (JME,Skepta, Frisco, etc).

Depuis 2015, la scène Grime est de plus en plus audible sur les médias mainstream britanniques. Cette année, Lethal Bizzle atteint la onzième place des charts britanniques avec Fester Skank, et plus tard cette année c’est Stormzy qui atteint la huitième place avec Shut Up, qui a depuis dépassé les 40 millions de vues sur Youtube. En 2016, Skepta a sorti son quatrième album,  Konnichiwa, qui est rentré directement à la seconde place des charts et qui gagnera plus tard le Mercury Prize 2016 devant Blackstar de David Bowie ou A Moon Shaped Pool de Radio Head. Cette année a aussi vu l’apparition remarquée de certaines MC féminines comme Lady Leshurr sur une série de freestyles intituléé Queen’s Speech.

L’année 2017 commence également très bien pour le genre puisque c’est Wiley, l’un des précurseurs du genre, qui sort son onzième et dernier album Godfather. Le titre tient son nom du nom que lui donne les médias Godfather of Grime. Cet album est le dernier selon l’artiste car il n’aura plus rien à prouver après ça.

L’album est la consécration du genre : tous les titres sont une réussite, et l’album contient en featuring des MCs du moment comme Skepta et Devlin, mais aussi des plus anciens comme JME ou Lethal Bizzle. Une seule déception pour cette oeuvre qui est censée être son Magnum Opus, la non-participation de Dizzee Rascal, un featuring très attendu pour tous les fans du genre. 15 ans après, les deux plus grands MCs de la Grime ne se parlent toujours pas.



Maxime Wangrevelain
Photo Getty Images