Cette semaine, petit tour dans la capitale de l’Andalousie, ville qui regorge de surprises et d’histoire.

 

Conquise par les Arabes en 712, Séville subit les influences de la culture musulmane, notamment lors du règne des Almohades qui débute en 1147. Ils y construisent de prestigieux monuments comme la grande mosquée dont il ne reste que le minaret, aujourd’hui connu sous le nom de Giralda et servant désormais de clocher à l’impressionnante cathédrale Notre-Dame du Siège de Séville.

 

Les Almohades apportèrent également des modifications à l’Alcazar de Séville, le palais qui accueillait et accueille encore les familles royales espagnoles. Véritable joyau d’architecture « mudéjar », un art inspiré de la culture arabo-musulmane mais réalisé par les rois chrétiens espagnols, le palais de l’Alcazar est un régal pour le yeux. Un vrai jeu de textures, de formes et de dentelles que vient contraster le soleil méditerranéen.

 

Mais le lieu phare de Séville est sa place d’Espagne. Conçue pour l’exposition Ibéro-américaine de 1929, elle forme un hémicycle de 200 mètres de diamètres symbolisant l’Espagne accueillant ses colonies. Cette place a été utilisée comme décor de cinéma pour l’épisode deux de la saga Star Wars et pour le film de David Lean, Lawrence d’Arabie. Cette place cherche avant tout à mettre en avant la grandeur de l’Espagne et de ses provinces.

 

Séville, qui a longtemps bénéficié de sa position stratégique de premier port d’Espagne s’est considérablement enrichie grâce aux conquêtes successives du Mexique et du Pérou sous Charles Quint. Cette richesse a permis la construction de palais et d’églises tous plus beaux les uns que les autres et a participé à la grandeur de la ville ainsi qu’à sa renommée : Séville, perle de l’Andalousie, conserve les traces tangibles d’un passé prestigieux...