Toujours en cavale, la chanteuse Pomme, de son vrai nom Claire Pommet, ne s’arrête jamais. De Bourges à Paris en passant par Montréal, elle monte sur scène interpréter son premier album A Peu Près, sorti en octobre 2017.
A 21 ans, elle a déjà plusieurs vies.

Texte et photos
Julia Maz-Loumides

18 avril 2018

Tout a commencé chez elle. Alors qu’elle n’est encore qu’au collège, Pomme tient assidûment une petite chaîne YouTube où elle poste des covers, menant sa passion de la musique en même temps que ses études. Peu à peu, avec le soutien de ses amis et de sa famille, elle foule les scènes lyonnaises en chantant pour les premières parties des groupes de rock du lycée. Comme une adolescente de son âge, elle voudrait faire plein de métiers différents. Sa première idée ? Professeure d’anglais. Elle aime enseigner, mais voudrait aussi coupler sa passion de la musique avec son envie de partager en devenant dumiste (musicien intervenant). Pourtant, petit à petit son projet musical se concrétise.
 

« Des bars de Lyon aux bars de Paris, à faire plein de premières parties, au Trois Bodets qui met en avant des jeunes artistes… Mon évolution a toujours été progressive », raconte Pomme.
 

En 7 ans de concerts, la chanteuse gravit une pente aussi douce que ses mélodies, sur le chemin du succès.
 

Claire Pommet. Femme. Chanteuse. Jeune adulte.

« J’ai pas trop eu d’adolescence classique […], je suis pas beaucoup sortie. Ça m’a un peu soulée parfois, je me suis sentie loin, ou éloignée, ou différente de mes potes. Et en même temps j’aimais tellement faire ce que je faisais et je me trouvais tellement chanceuse. » Quand elle commence à enchaîner les concerts, Pomme doit conjuguer sa vie d’artiste avec celle de lycéenne. Souvent absente en cours, elle travaille dans le train, se fatigue pour être à la fois une bonne élève et une bonne chanteuse. Elle n’a aucun regret, mais préfère arrêter quelques années plus tard. Son bac en poche, elle stoppe ses études supérieures. D’abord source d’angoisse, elle assume pas à pas son choix : « Ce que je fais maintenant je le dis, c’est mon métier. »
 

Parfois, ce qui lui manque le plus reste d’être en contact avec des gens de son âge. Depuis son installation à Paris, Pomme côtoie des personnes plus vieilles qu’elle. Elle aimerait connaître une vraie vie étudiante, une vie réglée avec des horaires où elle serait accompagnée. Faire ses devoirs aussi, participer à un BDE… Le concept lui plairait, mais Pomme le sait, « c’est incompatible en termes de temps et d’énergie avec ma vie […], le plus important c’est de savoir s’écouter et de faire des choix ».

Pomme au Welcome Bio Bazar à Paris

Pomme ne regrette en rien son choix de carrière : être compositrice, interprète, guitariste... Des casquettes multiples qu’elle développe à chacune de ses musiques. Pendant quelques mois, un guitariste l’accompagnait sur scène. Mais elle a préféré reprendre ses concerts seule, avec ses instruments, et mener ses soirées elle-même. La jeune femme apprécie la solitude tout autant que la compagnie de ses amis. L’un d’eux : Waxx. Il est son ami, son partenaire de reprise et un youtuber aux multiples casquettes. C'était donc une évidence pour Pomme qu’il fasse les arrangements de son album : « Il m’a donné confiance en moi parce qu’il me valorise, il me propose des projets, il a envie de me pousser. » 

Récemment, elle a également travaillé avec un autre youtuber, Cyprien, pour son dernier court-métrage, en écrivant Mon Frère pour le générique de fin : « J’ai écrit en 10 minutes. Le fait d’avoir un thème super précis, celui de la fraternité et de la rêverie, d’essayer de se comprendre lorsqu’on est frère et sœur, ça m’a permis d’écrire et de composer super rapidement. Je suis fière parce que j’ai tout imaginé toute seule, même les petits arrangements, de A à Z toute seule. Y’a pas mal de mecs dans ce milieu, dans l’idéal j’aimerais aussi apprendre à mixer pour être complètement autonome. C’est pas parce que je suis une meuf que je ne peux pas le faire. »

 

« Si je m’en sors à peu près »


A peu près, le premier album de Pomme, parle d’amour, de deuil, de parcours de vie. Le titre d'ouverture porte le même nom que l’album : il est à peu près beaucoup de choses, un commencement, un début : la jeune femme se lance. Elle avoue tout de même affectionner particulièrement les trois dernières : Ceux qui rêvent, On brûlera et De quoi te plaire. « Ce sont des chansons qui sont… profondément moi, dont je ne me lasserai jamais », confie la jeune musicienne.

Une seule chanson est chantée en anglais, A Lonely One. En effectuant cet exercice de style, Pomme souhaitait rendre hommage à la culture anglophone. Mais finalement, elle ne l’interprète plus sur scène, trouvant le morceau peu symbolique de ce qu’elle est : « J’ai l’impression de raconter une histoire qui n’est pas la mienne. J’ai l’impression d’être extérieure à cette chanson. » Pomme chante en français, et ne veut pas se ranger dans une case :« Les gens veulent me donner un style, ils disent que je fais du folk. J’ai pas d’objectif, mais moi je m’entends… de l’intérieur, c’est différent ! »
 

En concert jusqu’à avril 2019, Pomme prévoit une montagne de projets. Elle sortira un prochain album quand elle sera prête, en écrivant peu à peu de nouvelles chansons. Pour l’instant elle nous dévoile son prochain objectif : faire une formation en herboristerie !