Nadal-Federer : un retour tant attendu

Alors que l’on s’attendait à voir lutter Andy Murray et Novak Djokovic sur le circuit ATP en ce début d’année 2017, c’est du côté de Roger Federer et de Rafael Nadal que l’on doit se tourner, permettant de relancer la bataille pour le trône.

Un come-back laborieux

Revenons en novembre 2016. Andy Murray confirme sa place de numéro 1 au classement ATP  acquise deux semaines plus tôt en remportant le Masters de Londres face à Novak Djokovic, le tout après une deuxième partie de saison exceptionnelle - 9 titres au total dont 5 de suite entre septembre et novembre. A ce moment-là, les deux autres gloutons ont disparu des radars depuis déjà quelque temps. Après une demi-finale perdue à Wimbledon, Roger annonce qu’il ne jouera plus de la saison afin de récupérer totalement de son genou gauche et termine ainsi l’année 2016 sans aucun titre.  De son côté, Nadal met lui aussi un terme à sa saison en octobre pour soigner définitivement son poignet gauche. « Je suis obligé d’arrêter et de penser déjà à 2017 » avait-il écrit sur sa page Facebook.

 

Alors que l’on s’attendait à voir l’Ecossais et le Serbe dominer le premier trimestre, ce sont les deux revenants qui mènent le débat pour le moment. Après le Masters 1000 de Miami, le Suisse et l’Espagnol ont de nouveau grimpé dans le classement, leur permettant d’être de retour dans le top 5. Depuis janvier, les deux hommes ont réalisé un parcours impressionnant. Comme à ses plus belles années, Federer a quasiment tout raflé avec trois titres en poche, passant de la 17ème place à la 4ème juste devant son plus grand rival qui, pas en reste, est passé de la 9ème place à la 5ème, sans néanmoins emporter le moindre trophée dans sa besace.

PAR TIMOTHÉ GOYAT VERDEGUER
PHOTO PANORAMIC

Le quiz de la Coupe du Monde 2018

July 14, 2018

L'émotion, moteur du jeu de l'équipe de France

July 9, 2018

Un mail et le football français se retrouve encore sur le devant de la scène pour des raisons autres que les résultats sportifs de son équipe national...

Adrien Rabiot, paria bleu ?

June 1, 2018

La finale de la Coupe de France en infographie

May 6, 2018

1/5
Please reload

Roger Federer, cet ogre

 

Roger Federer domine remarquablement ses adversaires depuis maintenant quatre mois, que ce soit sur le terrain ou au niveau du classement, avec une première place à la race (4045 points). Nadal le seconde et  doit se contenter des miettes que « Rodgeur » daigne lui laisser, lui qui l’a battu pour la première fois de sa carrière trois fois de suite. Pour autant, peut-on dire qu’il s’agit du meilleur début de saison pour l’homme aux 18 titres majeurs ? Si ça ne l’est pas, en tout cas on s’en approche. Revenu sur les courts après une longue absence, il réalise le triplé Open d’Australie/Indian Wells/Miami à 35 ans, une performance qu’il n’avait plus connue depuis 2006. Pratiquement personne n’aurait pu prévoir un tel départ, et encore moins le principal intéressé « Je n'arrive pas à croire que je réussis un tel début de saison » a-t-il déclaré après sa victoire à Miami.

En termes de ratio victoires/défaites, le Suisse n’est pas en reste avec 19 victoires pour seulement 1 seule défaite. Ses statistiques sont incroyables, d’autant plus quand on sait que sa seule défaite est face au 116ème mondial Evgeny Donskoy à Dubaï. Un autre détail qui montre qu’il revient en force, c’est le nombre 7, correspondant à son nombre de victoires contre un membre du top 10 cette saison, dont 3 victoires Nadal, 2 contre Wawrinka et 2 contre Berdych. Reste à voir si Federer, qui n’a pas été épargné par les blessures ces dernières saisons, sera capable de titiller sur la durée un Djokovic ou un Murray qui relèveront sans doute leur niveau dans les mois à venir.

 

Quid de la suite ?

 

On peut se demander ce qu’il va bien pouvoir se passer pour la suite de la saison, déjà parce le premier trimestre nous a fait rêver avec le retour du classique Federer-Nadal. L’une des grandes questions consiste à savoir si Andy Murray et Novak Djokovic vont être en capacité de retrouver la constance qui leur fait tant défaut actuellement. Leur total respectif de points à la Race (840 et 475) est pour l’instant bien en deça des précédentes années, malgré un titre glané pour l’un et pour l’autre. Les blessures à Miami ou bien les sorties de route prématurées à l’Open d’Australie et Indian Wells expliquent ce retard à la Race, et les prochains tournois nous diront si le repos a bien fonctionné.
 

Pour Rafael Nadal, le mois d’avril signifie l’amorce des festivités de la saison sur terre battue et coïncide souvent avec le début de la moisson annuelle de titres du Majorquin. Il peut notamment espérer gagner son premier tournoi de 2017 à Monte-Carlo (15-23 avril), que l’on pourrait renommer « Masters 1000 Rafael Nadal » au vu des 9 trophées qu’il détient là-bas. Grand fan de football et du Real Madrid, Nadal pourra peut-être se targuer d’être un numéro 10. En effet s’il remporte Monte-Carlo, il détiendra alors dix trophées dans un même tournoi, améliorant d’une unité son record de titres dans un même tournoi depuis le début de l’ère Open, ce qui peut lui permettre de prendre confiance avant d’aborder les tournois suivants, en particulier Roland-Garros qui lui échappe depuis trois ans maintenant. Toni Nadal, son oncle et entraineur, a d’ailleurs déclaré récemment dans un entretien accordé à TT Deporte : « Nous espérons remporter Roland-Garros une nouvelle fois ».

Pour Roger Federer, la terre battue n’est plus une priorité. Le nouveau numéro 4 mondial ne compte pas disputer de tournoi sur l’ocre avant Roland-Garros. Car il faut le noter, malgré sa domination actuelle, il n’a plus 20 ans et son corps ne lui permet plus de récupérer aussi rapidement qu’auparavant des efforts fournis. Cette surface promet un enfer physique important à prendre en compte, surtout quand on sait que son objectif numéro 1 est la victoire à Wimbledon. C’est donc sereinement qu’il accueille Roland-Garros – il annoncera le 10 mai s’il y participe - afin de mettre l’accent sur le gazon et de retrouver son jardin londonien où il déjà glané 7 titres.