Nicolas Sarkozy en passage éclair à Calais

Nicolas Sarkozy était ce matin en déplacement à Calais. Après avoir échangé avec des employés du port, il s’est rendu à la mairie pour une réunion publique.
 

Un passage éclair sur les quais
 

Il fait encore frais sur le port de Calais, et la brume matinale n’est pas dissipée. Devant la capitainerie, journalistes, caméras et micros sont nombreux, massés à la limite du barrage policier. Il est presque dix heures quand la voiture de l’ancien président entre dans les installations portuaires. Après une visite des installations, il s’est entretenu avec des policiers et employés du port. L’envoyée spéciale du Figaro rapportait ce matin que des migrants avaient été arrêtés sous les yeux de l’ancien président, lors du contrôle d’un camion.

Une réunion publique pour soutenir la mairie de Calais


Accompagné d’Eric Ciotti, de Gerald Darmanin, de François Baroin, et de la maire de Calais Natacha Bouchart, Nicolas Sarkozy s’est entretenu pendant près de 45 minutes avec des habitants, des routiers, et des responsables locaux dans la mairie de Calais. Il a d’abord témoigné son soutien à Natacha Bouchart, puis a maintenu son idée de renégocier les accords du Touquet : « Ceux qui disent qu'il ne faut pas de traité ne comprennent pas ce qu'est une frontière, et ceux qui disent qu'un traité ne peut pas être renégocié ne savent pas ce qu'est la volonté » s’est-il exclamé. Il raconte alors sa rencontre avec Tony Blair, quand ce dernier voulait « rencontrer le type qui avait réussi à lui refiler 4 000 étrangers en situation irrégulière et qui avait convaincu son ministre de l’Intérieur». Nicolas Sarkozy met ensuite en avant son expérience face à Vladimir Poutine pour rendre crédible la renégociation sous son commandement des accords du Touquet.

« Je n’ai pas oublié la vidéo du jour de la manifestation. Je ne cautionne pas, je ne dis pas que c’est bien, mais moi, je ne sais pas ce que j’aurais fais à sa place » rétorque-t-il à un habitant qui racontait avoir dû équiper sa maison en caméras de surveillance.

A la sortie de la mairie, les journalistes sont massés derrière une barrière qui cède vite alors qu’arrive l’ancien président. De l’autre coté des portes, quelques sifflets fusent, bientôt couverts par des habitants qui chantent « Nicolas, Nicolas ! ». Deux mots échangés avec des Calaisiens, pas une adresse à la presse de la matinée, et Nicolas Sarkozy s’en va maintenant pour la métropole lilloise pour une séance de dédicace de son livre Tout pour la France, et un meeting à Marcq en Baroeul dans la soirée.


Quentin Trigodet, à Calais.
(Crédits photos et vidéo : Quentin Trigodet / La Pause Actu)