Huang Rui 

Photos : de Pékin à Shanghai, voyage dans la Chine de 2017

Maxime Wangrevelain revient de la Chine chargé de photos, d’histoires et de rencontres. 

PAR MAXIME WANGREVELAIN
 

Photos : de Pékin à Shanghai, voyage dans la Chine de 2017

05/05/2017

La Chine face à un tournant de son histoire moderne

24/03/2017

Mais que se passe-t-il en Chine ?

10/01/2016

Chine : la fin d'une politique absurde

30/10/2015

1/1
Please reload

Huang Rui

Lors d’un premier jour, nous avons eu l’honneur de rencontrer Wang Bing, un des cinéastes chinois les plus connus au monde. Cette rencontre, libre, s’est déroulée dans la cour de l’hôtel où nous logions. Nous avons pu échanger des mots sur le métier de cinéaste dans un pays qui pratique la censure à outrance comme la Chine.

WangBing

Huang Rui est une des figures de l’art avant-gardiste chinois. Après avoir vécu 20 ans en exil au Japon, il est revenu à Beijing, où il a créé un centre d’art contemporain. A l’occasion de notre rencontre, l’artiste nous a fait visiter sa maison-musée, où l’on peut retrouver certaines de ses œuvres les plus connues,  comme 1976 ou Chai-na.

C’est sous 30 degrés qu’une bande de Français a pris d’assaut la section Mutianyu de la Grande Muraille de Chine. Après d’interminables escaliers, la satisfaction de pouvoir marcher sur la fortification la plus impressionnante de tous les temps. Edifier lors des premières années de la dynastie Ming, le mur servait à protéger l’empire chinois contre les invasions mongoles.

La Grande Muraille

Centre National des Arts du spectacle

Se présentant sous la forme d’une bulle flottant sur l’eau, le Centre national des arts du spectacle est un bâtiment comportant une salle d’opéra, de concert et de théâtre. Inauguré en 2007, il fait partie des constructions créées pour moderniser Beijing en vue des JO de 2008. A partir du crépuscule, des projecteurs s’alument de tous les côtés pour éclairer « l’œuf » des couleurs de l’arc-en-ciel.

La Cité Interdite

La Cité Interdite, qui n’a plus d’interdite que son nom vue la nuée de touristes qui y affluent, est le monument phare de la capitale chinoise. Ce palais, d’une taille d’un kilomètre de long sur 750 mètres de large, est impressionnant par sa taille et son architecture. Chaque porte laissant apparaître une nouvelle, plus grande et plus majestueuse, avant d’arriver au jardin impérial, lieu de vie des empereurs chinois.

L'université de communication de Beijing

C’est de cet édifice que sortent les futurs journalistes de la presse chinoise. A cette occasion, nous avons pu visiter les locaux ultramodernes, presque futuristes, et participer à une sorte de rencontre entre étudiants français et chinois. Lors de ces échanges, ce sont deux idéologies, deux modèles différents qui s’entrechoquent. Nous avons été fascinés mais aussi terrifiés de voir à quel point la langue de bois et la censure opèrent.

Le marché de nuit

Passage obligé des touristes, le fameux marché de nuit de Beijing, situé dans presque chaque ville du monde. Ses petites rues éclairées nous proposent les mets locaux, des bibelots et autres arnaques. Ici à Beijing, nous avons eu l’occasion de goûter à des scorpions grillés, des petits serpents, du calamar, et pour les plus courageux des blattes.

C’est du haut de ses 632 mètres que la Shanghai Tower domine la ville. Véritable vitrine de la Chine moderne, Shanghai met tout en œuvre pour rattraper son retard sur sa grande sœur Hong Kong, et les capitales occidentales. Et elle y met tous les moyens nécessaires, puisqu'en quinze ans à peine ce sont plus de 50 tours de 150 mètres qui ont émergé dans la mégalopole de 24 millions d’habitants, à un rythme démesuré, mimant le développement économique du pays.

La skyline de Shanghai

Le temple

de Jing'an

Le temple de Jing’an est situé en plein cœur de Shanghai, entouré de buildings ultramodernes, le lieu de culte a su résister à l’épreuve du temps. Batî en l’an 247 sous la dynastie Wu, le temple bouddhiste a été déplacé, puis reconstruit à plusieurs reprises. La partie du monastère abrite encore un bon nombre de moines. Au centre de la cour centrale trône un chaudron gigantesque.

La vieille ville de Shanghai

Malgré l’image qu’on peut avoir de Shanghai, c'est-à-dire une ville tournée vers le futur avec des néons à outrance et des buildings, il existe encore un quartier à l’architecture qu’on se fait de la Chine traditionnelle. Dans le quartier de la vielle ville, on retrouve le jardin Yuyuan, mais aussi le Lao Shanghai (maison du thé).