« The Great Liberation of France » ("la grande libération de la France") est une communauté d’utilisateurs de faux comptes Facebook et Twitter qui influe sur l’opinion des Français pour favoriser le vote Le Pen à la présidentielle. Derrière ces faux comptes, des Américains, francophones ou non, ainsi que des Français, supporters de Donald Trump, le nouveau président des Etats-Unis.

 

« Cela doit être fait par des francophones pour que ça ait l’air authentique »

 

Voilà comment le compte Discord (un service de messagerie en ligne pour les groupes) de @trumpwin2016 pose le décor. Ce dernier, qui semble être à la tête du réseau, invite les pro-Trump parlant français à créer des faux comptes, d’après les captures d’écran révélées par BuzzFeed News. Le faux compte doit représenter « idéalement un jeune, une belle fille, un gay, un juif, n’importe quelle personne qui n’est pas supposée être pro-FN ». Toutes les précautions à prendre pour ne pas que le faux compte soit détecté sont ainsi minutieusement détaillées dans la conversation. Le réseau de faux comptes doit ensuite s’entretenir mutuellement en commentant et en partageant les publications des uns et des autres.

 

François Fillon comme cible principale

 

« No racism, no antisemitism ». Le message est martelé maintes fois dans les procédures de cette fachosphère. Leurs attaques sont ciblées sur François Fillon, perçu outre-Atlantique comme le principal concurrent de Marine Le Pen. Le membre @wolves suggère de le faire passer pour un partisan du mariage gay et de l'avortement dans le but de faire douter sa base électorale. D’autres proposent de faire des profils de « gauchos » pour que la critique de Fillon passe mieux. BuzzFeedNews révèle les principaux comptes Twitter de ce réseau trumpiste : @nelsonian210 @LePenReddit pour les plus suivis.

 

Après la France, le reste de l’Europe

 

Cette équipe de faux comptes Twitter diffuse sa stratégie dans un fichier Google Docs auquel nous avons eu accès. L’autre cible est l’Allemagne dont les élections sont en automne 2017. Ce programme intitulé « MEGA, Make Europe Great Again » en référence au slogan de Trump, montre clairement que ce réseau d’extrême droite a tenté d’influer sur les élections autrichiennes et le référendum constitutionnel italien de décembre.

Les preuves en images : 

Nathan Bonin
Photos Reuters, captures d'écrans Discord et Google Docs via BuzzFeed News