Quand le Pape François s’immisce dans la politique française

Après ses récentes déclarations ouvrant le débat au sein de l’Eglise à propos de la tolérance de l’homosexualité, le Pape François fait maintenant la leçon aux intégristes catholiques français, appelant à tolérer le port du voile islamique.
 

Le Pape sévère face à la laïcité française…
 

Alors que les catholiques traditionnalistes se font de plus en plus entendre ces derniers temps, entre le 1er mai et le week-end de l’Ascension, le Pape François vient de faire entendre un discours d’ouverture très important. Lors d’une interview accordée à La Croix, le souverain pontife a adressé une petite critique à la France. Il lui reproche en effet « d’exagérer sur la laïcité ». Un discours qu’il est important de prendre par le bon bout. En effet, la laïcité représentant à la fois le respect de toutes les croyances mais également le fait de ne trop exposer la sienne, elle est accaparée par toutes les branches de la population, lui faisant dire tout et son contraire.

Dans cette déclaration, le Pape François, voulait signifier son ouverture d’esprit par rapport à toutes les religions et en particulier à la religion musulmane. Il explique le fond de sa pensée : « Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire. » Une belle leçon de vivre-ensemble alors qu’en France, on voit trop souvent de discours de catholiques intégristes frôlant le racisme par rapport au voile islamique. Lors des dernières manifestations, il n’était pas rare de croiser catholiques, royalistes et fachos aux mêmes réunions, dans une sorte de convergence de leurs luttes bien à eux.

Le Pape estimait également que si la France « était la fille aînée de l’Eglise », elle n’était « pas la plus fidèle . La France devrait faire un pas en avant à ce sujet pour accepter que l’ouverture à la transcendance soit un droit pour tous. » Un tacle très sérieux du souverain à tous les fidèles français.



…et clément pour le Cardinal Barbarin
 

Si le Pape avait jusque-là pu réunir nombre de Français derrière ces propos, son engagement dans une autre affaire de société pourrait bien plus faire jaser. L’Argentin a fait l’éloge du diocèse de Lyon, accusé de non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs. Il a en effet estimé que le Cardinal était « courageux, créatif et missionnaire ». Il est également estimé qu’il « avait pris les mesures qui s’imposaient, qu’il avait bien pris les choses en main. » « Une démission de l’archevêque serait un contresens », a-t-il conclu.

Un discours qui n’a évidemment pas plu aux familles des victimes, consternées que le représentant de l’Eglise puisse conforter M. Barbarin dans ses fonctions. L’association La Parole Libérée à réagit en expliquant être « déçue que le Cardinal puisse rester en place avec le soutien du Pape. »

Le Pape François, toujours prompt à démontrer l’ouverture nouvelle de l’Eglise sur de nombreux sujets de société n’a toutefois pas arrangé la gestion calamiteuse par l’Eglise de cette affaire. La communication n’est que toujours maladroite et il semble désormais très compliqué pour l’Eglise de racheter son image à ce sujet.

(Creative Commons)