"En marche", le nouveau mouvement lancé par Emmanuel Macron il y a un peu plus d'une semaine, nous amène à nous questionner sur les vrais objectifs de l'actuel ministre de l'Economie.

 

Emmanuel Macron sera-t-il candidat à la présidentielle en 2017 ? C'est la question que se posent bon nombre d'observateurs politiques suite à son annonce, le mercredi 6 avril dernier, du lancement de son propre mouvement « En marche ». Celui-ci a pour but de rassembler des personnes de droite comme de gauche autour d'un projet commun : se réformer. On retrouve ainsi l'ambition du Général de Gaulle, reprise par plusieurs hommes ou femmes politiques récemment, de rassembler la totalité des français pour asseoir sa légitimité en se plaçant au-dessus des partis traditionnels.

Alors que le gouvernement est en plein combat contre la jeunesse, notamment au sujet de la loi travail, il semble qu'afficher encore plus au grand jour les divisions qu'il existe en son sein fragilise encore plus un pouvoir exécutif remis en question à sa gauche comme à sa droite. Manuel Valls a d'ailleurs critiqué vivement la conception du « ni droite ni gauche » de ce nouveau mouvement, alimentant ainsi les rumeurs sur un possible conflit entre le Premier ministre et le ministre de l'Economie. Interrogée par M6 quelques jours après l'annonce de la création de ce mouvement, Najat Vallaud-Belkacem a refusé de répondre aux questions du journaliste mais on pouvait sentir une sorte de malaise.

Une base en vue d'une candidature postérieure à 2017 ?
 

Cependant, est-ce qu’Emmanuel Macron a créé un nouveau mouvement pour être candidat en 2017 ? Rien n'est moins sûr. En effet, lors de sa nomination au gouvernement, ses opposants avaient souligné son manque d'expérience en politique, lui qui n'a jamais été élu ni même candidat à une élection. Il semble donc que voir Macron se porter candidat à la présidentielle alors qu’il n’a pas une très grande expérience politique soit trop ambitieux, même pour l'ancien banquier de Rothschild. Il est ainsi plus probable que le ministre de l’économie soit candidat à l’hypothétique primaire du parti socialiste, pour pouvoir compter lors du prochain quinquennat, que cela soit dans l'opposition ou dans le gouvernement. Il pourrait également être candidat aux législatives de 2017 et pourquoi pas aux municipales de 2020, afin de se créer une base politique qui l'aiderait dans le cadre d'une éventuelle campagne présidentielle en 2022. Dans le cas où il n'y aurait pas de primaire à gauche et que François Hollande déciderait de se représenter, il semble peu probable qu’Emmanuel Macron soit candidat contre son « mentor » en politique. Enfin, vu les échecs connus par la gauche lors de ce quinquennat, son candidat portera tous ces échecs comme un fardeau lors de la campagne et Emmanuel Macron semble avoir beaucoup trop réfléchi à la situation pour se risquer à être candidat.