Un mail et le football français se retrouve encore sur le devant de la scène pour des raisons autres que les résultats sportifs de son équipe nationale. C’est par ce moyen formel qu’Adrien Rabiot a exprimé son souhait au sélectionneur d’être retiré de la liste des réservistes à la Coupe du Monde.

Par Thomas Flenet
Photo AFP

1er juin 2018

Adrien Rabiot a été régulièrement dans le groupe depuis quelque temps, mais ses performances en demi-teinte en équipe de France ainsi qu’au PSG ces dernières semaines, ajoutées à sa volonté de ne pas jouer en sentinelle (un secret pour personne) ont poussé le sélectionneur français à se passer de ses services au profit de Steven N’Zonzi, le joueur du FC Séville, comme doublure de N’Golo Kanté.

Peu de raisons peuvent justifier le choix du joueur de 23 ans. Capable de disputer encore deux Championnats d’Europe (2020 et 2024) et une Coupe du Monde (2022) avant ses 30 ans, il a fait une erreur qui le tiendra peut-être éloigné du groupe France pendant de longues années. S’exclure ainsi de l’équipe nationale n’est pas une chose anodine, qui risque de peser dans la carrière de Rabiot. Le joueur formé au PSG ne bénéficie déjà pas d’une réputation irréprochable, due, déjà, à quelques conflits au début de sa carrière avec son club. D’autant plus que certains jeunes joueurs ont montré des choses intéressantes cette année dans leur club et taperont un jour à la porte des A.
 

Avec encore une dizaine d’années de carrière au plus haut-niveau, et un talent qui peut encore l’amener très loin, Rabiot peut revenir en bleu. Cependant, il a lieu de s’inquiéter tant certains joueurs n’ont pas revu l’Equipe de France après une erreur, et ce malgré leur grand talent. Didier Deschamps n’a pas peur de se passer de certains joueurs au profit du groupe. S’il a sûrement agi sous le coup de la déception et n’a pas forcément réfléchi aux conséquences et à la perception par le public de son geste, il faut espérer que ni le sélectionneur ni les supporters français ne lui en tiendront rigueur.

Pas le premier
 

D’autres avant lui, suite à leur comportement, ont été écartés du groupe de l’équipe de France. Nicolas Anelka a eu une réaction quasiment similaire à celle de Rabiot lorsqu’il a été sélectionné pour la coupe du Monde 2002 afin de pallier une blessure. Il déclare alors qu’il n’est « pas là pour servir de bouche-trou » et qu’il n’accepterait les excuses de Roger Lemerre que si ce dernier s’agenouille devant lui. Pour ces déclarations, Anelka est suspendu trois ans. La suite, on la connaît, une Coupe du Monde 2010 qu’il quitte prématurément à cause de propos qu’il aurait tenus à l’encontre de son sélectionneur à la mi-temps de France-Mexique. Suspendu pour 18 matchs, il compare les membres de la Fédération à des « clowns » et dit adieu aux Bleus.
 

Si on évoque les insultes, le maître en la matière reste Eric Cantona. Si son bilan en bleu est plus qu’honorable avec 20 buts en 45 sélections, il laisse un goût d’inachevé tant il fut dominant avec Manchester United. En août 1987, il insulte Henri Michel de « sac à merde » suite à sa non-convocation pour un match contre la Tchécoslovaquie. Quelques années plus tard, il est suspendu deux mois pour avoir traité d’« idiots » des responsables de la Fédération. Sa célèbre altercation avec un supporter de Crystal Palace lors d’un match avec Manchester United lui coûtera quant à elle huit mois de suspension chez les tricolores. Une fois sa peine purgée, Aimé Jacquet ne l’a jamais rappelé.
 

Décisions personnelles

D’autres, comme Ribéry ou Nasri ont préféré prendre leur retraite internationale suite à des désillusions en bleu. Concernant le Munichois, blessé au dos avant la coupe du monde au brésil en 2014, il affirme ne pas avoir été soutenu par la fédération. Quant à Samir Nasri, il prend sa retraite suite à sa non-sélection au mondial 2014. Pourtant auteur d’une très bonne saison avec Manchester City, l’ancien marseillais n’est pas présent dans la liste car, selon le sélectionneur, « il n’est pas content quand il est remplaçant ».
 

Deux joueurs ont quant à eux été sanctionnés pour des actions extra-sportives. Yann M’Vila, international espoir français à l’époque, part en boîte en compagnie de plusieurs de ses coéquipiers à quelques jours d’un match de barrage face à la Norvège qu’il perdront finalement 5-3. Il sera suspendu de toutes sélections de 2012 à juin 2014, s’exilera en Russie et ne reviendra jamais. Autre cas, beaucoup plus récent : Karim Benzema n’est plus sélectionné depuis octobre 2015, date à laquelle il a été cité dans une affaire de chantage à la sextape visant son coéquipier Mathieu Valbuena.
 

Parmi toutes ces histoires, celle de David Ginola est surement la plus cruelle. Lors d’un match décisif contre la Bulgarie pour se qualifier pour la Coupe du Monde 1994, Ginola tente un centre hasardeux dans les dernières secondes. S’en suit un contre assassin des Bulgares, conclu par un but de Kostadinov, qui prive les Bleus du voyage aux Etats-Unis. Ginola se retrouve alors sous le feu des critiques, dont celles de son sélectionneur Gérard Houllier, qui qualifiera son centre de « crime contre l’équipe de France ». Seul le président du PSG de l’époque Michel Denisot affichera un soutien sans faille à son attaquant. Cependant, l’attaquant revient, mais une blessure et des relations tendues avec Didier Deschamps, le capitaine de l’époque, marqueront la fin de l’aventure de David Ginola chez les Bleus.
 

Adrien Rabiot fera-t-il partie de cette catégorie de bannis de l’équipe de France ? L’avenir nous le dira. Il a en tout cas envoyé un message négatif au sélectionneur ainsi qu’à ses coéquipiers qui ont semblé aussi étonné que le public de ses déclarations maladroites. L’équipe de France doit être au-dessus de tout, c’est le message que martèle Didier Deschamps depuis sa prise de fonctions. Adrien Rabiot s’est aujourd’hui tiré une balle dans le pied, à lui de faire ce qu’il faut sur le terrain avec le PSG pour redorer son blason et regagner la confiance de tout le monde. Une bêtise ne définit pas une carrière en équipe de France, Antoine Griezmann en est le meilleur exemple, lui qui a fait partie de l’expédition en boîte de nuit avec M’Vila. Seulement, elle peut causer des fractures irréversibles avec le sélectionneur.