Un retour de Christiane Taubira pourrait fédérer la gauche

« A l'aide ! C'est toute la gauche qui vous réclame, Madame Taubira ! » C’est ainsi que débute la pétition, lancée lundi 21 novembre, pour réclamer la candidature de Christiane Taubira à la primaire de la gauche, qui se déroulera en janvier prochain. Aujourd’hui, elle compte plus 75 000 signatures. Certains soulignent très justement qu’avec ce total, Mme Taubira aurait déjà remporté la primaire écologiste.


Existe-t-il une fascination Taubira ?  
 

Chez les sympathisants de gauche, il faut bien dire que Christiane Taubira exerce ce que l’on pourrait nommer une fascination. Elle représente l’idéal de la personnalité politique de gauche, luttant pour la reconnaissance des droits et des libertés de chacun, une des dernières qui lutte encore pour le peuple, pour son idéal de vie humaniste et non pour ses petites affaires personnelles. En bref, elle serait une des dernières personnalités politiques au sens premier du terme. Nous en sommes donc arrivés là. A espérer fébrilement la candidature de quelqu’un qui pensera à nous, tous, et pas à son prochain poste. On se souvient avec émotion de son intervention, sans notes, devant l’Assemblée Nationale, défendant son Mariage pour tous, alors que les pseudos défenseurs de la Nation défilaient en réclamant sa tête servie sur un plateau :

Mme Taubira est une femme courageuse, qui n’a peur de rien ni de personne. Cela lui vient peut-être de son passé d’indépendantiste guyanaise, et c’est ce qui plaît à gauche. Sa démission du gouvernement, annoncée le 27 janvier dernier a amplifié son image de femme refusant le compromis, voulant aller au bout de son combat, s’opposant à un gouvernement historiquement déprécié. L’image d’elle quittant l’Elysée à vélo, suivie par une horde de journalistes n’aura fait que contribuer à son image, de femme du peuple, écolo dans l’âme. 
 

Christiane Taubira peut-elle se lancer dans la primaire ?
 

Sa chance, aujourd’hui, est que la primaire à gauche ne soulève absolument aucun enthousiasme. La dizaine de candidats déclarés ne font pas se lever les foules et le PS peut d’ores et déjà redouter les futurs chiffres de participation. Nul ne doute qu’une candidature de l’ancienne Garde des Sceaux donnera un peu de piquant à cette élection, qui en manque pour l’instant cruellement. Claude Bartolone n’exhortait pas Emmanuel Macron, François Hollande et Manuel Valls à se lancer dans l’aventure ensemble pour rien. Elle boosterait peut-être aussi la participation d’électeurs de droite, qui ont, pour un certain nombre, un sérieux problème avec elle.
Quoi qu’il en soit, Christiane Taubira a jusqu’au 15 décembre pour poser sa candidature. A la question de savoir si elle y pense, la réponse est oui. A la question de savoir si elle va le faire, la réponse est :

Voilà qui ne fait pas nos affaires, en attendant, nous pourrons nous accrocher à ses bons mots de démissionnaire : « Résister c’est partir, résister, c’est revenir. »


Théophile Pedrola
(Crédit photo : Maxppp)