Rien ne va plus pour François Fillon

Depuis les révélations du Canard Enchainé sur les soupçons d’emploi fictif de sa compagne, rien ne va plus pour le candidat désigné par Les Républicains pour candidater à l’élection présidentielle de 2017. Médiapart et Le Monde ont depuis dévoilé deux autres dossiers sensibles.

 

Depuis mercredi, le PenelopeGate
 

Tout commence ce mercredi. Un pavé dans la mare d’une campagne qui n'avait jusqu'alors pas vraiment décollé, lancé par le Canard Enchainé. Selon le journal satirique du mercredi, Penelope Fillon, épouse de François Fillon, aurait été rémunérée pendant 8 ans comme attachée parlementaire, d’abord de son mari, puis de son suppléant Marc Joulaud. Jusque là, rien d’illégal, les députés disposent d’une enveloppe de 9651€ destinée à la rémunération d’assistants parlementaires, et les sénateurs de 7548€. Mais Penelope Fillon a, toujours selon le Canard Enchainé, bénéficié d’un emploi fictif, d’une rémunération sans l’exercice du poste, en d’autres termes.

 

Elle aurait également signé deux notes de lectures dans La Revue des Deux Mondes. Là encore, rien d’illégal. Sous le pseudonyme de Pauline Camille, elle fut salariée du journal, pour un salaire de 5000€ brut par mois, de mai 2012 à décembre 2013, soit près de 100 000€, pour deux notes de lectures publiées. Le directeur de la rédaction, Michel Crépu, cité par Sud Ouest, a expliqué : "Je n’ai jamais rencontré Penelope Fillon, je ne lui ai jamais parlé, je ne l’ai jamais vue.". Là se pose la question de la proportion du salaire, et du travail effectivement exercé.

 

Le Monde met en doute les emplois des enfants du candidat

 

Invité jeudi, sur le plateau du 20h de TF1 pour se justifier de l’affaire révélée par le Canard Enchainé, François Fillon aurait relevé bien malgré lui une seconde affaire d’emplois fictifs. Le Monde explique que François Fillon a avoué avoir rémunéré « pour des missions précises deux de ses enfants qui étaient avocats en raison de leurs compétences ». Le journal du soir a vérifié : ses deux enfants « n’étaient toutefois pas encore diplômés au moment où leur père siégeait au Sénat, mais étudiants en droit. ».

 

Marie Fillon et Charles Fillon, sont respectivement devenus avocat en novembre 2007 et juin 2011, soit après que François Fillon ait été nommé Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

 

Médiapart affirme que F. Fillon a bénéficié de fonds publics détournés

 

Dans un article daté du 28 janvier 2017, le pureplayer Médiapart expose un nouveau dossier. L’enveloppe attribuée aux parlementaires pour la rétribution des assistants personnels n’est pas toujours entièrement consommée, et plutôt que de laisser l’argent restant au Sénat, il est courant de l’attribuer à son « groupe politique ». Encore une fois, la pratique n’est pas illégale, puisque ce système permet aux « groupes politiques » d’employer des collaborateurs supplémentaires.

 

Selon Médiapart, entre 2003 et 2014, les sénateurs UMP récupéraient un tiers du crédit qu’ils déléguaient au groupe. Surnommée « la ristourne », cette commission a été estimée pour François Fillon à 25 000€ par le pureplayer.

 

Le journal en ligne explique que plusieurs élus ayant profité de ce système ont été mis en examen pour « recel de détournements de fonds publics », mais l’information judiciaire en cours ne porte que sur des faits postérieurs à 2009. François Fillon ne fait donc pas l’objet d’investigations.


Quentin Trigodet
Photo AFP