Le Sud-Est la tête sous l'eau

05/10/2015

Ce week-end, les habitants des Alpes-Maritimes ont vu s'abattre sur eux des trombes d'eau consécutives à de violents orages. La vigilance rouge n'ayant pas été lancée par Météo France, beaucoup de foyers se sont retrouvés pris de court face à une situation qu'ils n'expérimentent pas souvent.
 

On présente souvent l'automne comme la saison du retour de la pluie, après l'été et ses heures infinies de soleil. Aujourd'hui, il semblerait que ce retour ait été sous-estimé par beaucoup de monde. Des pluies diluviennes se sont en effet abattues sur une majeure partie du sud-est de la France durant la journée de dimanche, affectant profondément des villes comme Cannes et Mandelieu-la-Napoule. 
La France a souvent été touchée par de violents orages durant les dernières décennies, mais la présence et l'arrivée de ceux-ci ont la plupart du temps été totalement contrôlés par Météo France et les autorités. Malheureusement, il est toujours difficile de pallier tous les risques liés à de grands vents, d'importantes pluies et de violents orages, surtout lorsque les régions touchées sont avant tout rurales. Or, la relative catastrophe de ce week-end a eu lieu sur la Côte-d'Azur, partie du territoire français assez densément peuplée et majoritairement urbaine. Mais lorsque la pluie en vient à causer des inondations , comme ce fut le cas ce week-end, un sentiment de panique a tendance à apparaître chez la population touchée. Résultat : le nombre de victimes est souvent non-négligeable. Ce week-end, il a atteint la vingtaine de personnes, tandis que deux autres sont toujours portées disparues. Parmi les victimes, on compte notamment neuf habitants de Mandelieu-la-Napoule qui ont tenté de sortir leur voiture d'un parking souterrain de la ville alors que la pluie s'intensifiait toujours plus.  

 

L'eau a atteint des niveaux inédits à Cannes (Alpes-Maritimes).

 


A Cannes, où l'équivalent de deux mois de précipitations s'est abattu en à peine deux heures sur la ville, plusieurs victimes sont également à dénombrer et les autorités n'ont que peu d'espoir de retrouver les personnes disparues. En plus de cela, les dégâts matériels sont très importants : David Lisnard, maire LR de Cannes, a ainsi déclaré qu'il faudrait "des mois" pour que la ville retrouve le visage qu'elle avait avant les inondations de ce week-end. Des milliers de foyers étaient par ailleurs toujours privés d'électricité lundi matin dans Cannes et sa périphérie, et les lignes de train interrompues vers Nice.

 
Les spécialistes ont quant à eux tenté d'apporter des réponses à la question des moyens mis en oeuvre pour assurer la protection des populations lors de telles intempéries. Si une urbanisation trop importante est mise en cause par certains, David Lisnard a lui mis en exergue des habitants "tenant un peut trop à leur voiture" et des personnes "pas toujours disciplinées" lors d'une conférence de presse tenue ce lundi. De leur côté, les prévisionnistes se sont défendus de ne pas avoir déclenché la vigilance rouge sur les Alpes-Maritimes pour le week-end, mettant en avant le fait que ce genre d'épisode pluvieux est "impossible à planifier". 

En marge des inondations en elles-mêmes, neuf personnes ont été arrêtées pour avoir tenté de piller des supermarchés en partie inondés, information confirmée par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload