COP21: Paris en vert et pour tous

09/10/2015

Le 30 Novembre 2015, sur le site de Paris-le-Bourget, aura lieu la conférence des Nations unies sur le changement climatique, plus communément appelée COP21.
 

  François Mitterrand prend la parole lors de la conférence du sommet de la terre à Rio en 1992. (source photo : rcinet.ca)​


Cette 21ème conférence sur les changement climatique (CCNUCC), qui rassemblera 40000 participants composés de délégués représentant les 195 pays membres de l'ONU, est le plus grand événement de ce type accueilli par la France mais également la plus grande conférence jamais organisée. Les nations participant à l'événement sont les états signataires de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique, adoptée en 1992 lors du sommet de la terre à Rio. C'est dans ce cadre que s'inscrivent les COP, destinées à débattre des impacts du réchauffement climatique sur la planète.
Le premier sommet de la terre à Rio n'avait cependant pas tenu toutes ses promesses, tout comme celui de Copenhague en 2009, bien qu'il constituait alors un point de départ solide, avec la signature par la majorité des états de deux conventions sur le climat et la biodiversité et la création de l'agenda 21.


Un accord en vue?

 

Dès lors, l'heure a peut-être sonné de passer à l'action avec cette COP21 qui durera deux semaines. La France, en qualité de pays organisateur, se verra accorder une plus grande marge de manoeuvre, notamment lors des débats entre pays mais aussi sur la portée de son discours. En effet, l'enjeu est de taille : il s'agit d'aboutir pour la première fois à un accord universel qui permettrait de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et de faciliter dans le même trmps la transition vers des sociétés et des économies résilientes en carbone. Autrement dit, si la 21ème édition de cette conférence est si particulière, c'est parce qu'elle pourrait déboucher sur cet accord historique, qui serait mis en vigueur en 2020.
De nombreuses personnalités politiques françaises se sont ainsi exprimées sur le sujet, comme la présidente du FMI Christine Lagarde qui ne voit pas seulement dans la COP21 un argument écologique, mais également un moyen pour les états signataires de gérer une éventuelle crise. Pour l'ancienne ministre, c'est le "bon moment pour [mettre en place] une taxe carbone", qui permettrait de diminuer les émissions de CO2 et contribuerait au fonds de 100 milliards de dollars que la communauté internationale s'est engagée à créer avant 2020 pour freiner le réchauffement climatique, selon "Le Figaro".

Hulot en première ligne 

D'autre part, la communication de la COP21 a aussi été entretenue par Nicolas Hulot, figure emblématique de l'écologie en France et envoyé spécial du gouvernement de François Hollande, qui a invité les états à "faire preuve de courage politique". Dans cette optique, une pétition a été mise en ligne sur le site de la fondation Hulot pour faire pression sur les politiques. Elle sera remise fin Novembre au président de la République, selon le site internet du journal l'Humanité. Nicolas Hulot a surtout fait parler de lui ces dernières heures en s'entourant du studio Bagel et de Golden Moustache (chaînes YouTube) dans une vidéo qui fait le Buzz sur les réseaux sociaux, dans le but de toucher un public plus jeune, qui se sent peut-être moins concerné par les problèmes climatiques.

A l'heure où la France, comme d'autres pays européens, est touchée par de graves inondations et par un dérèglement climatique aux conséquences dramatiques, gageons que cette COP21 trouvera un écho auprès de la population. On pourra cependant s'interroger sur le rôle d'Areva et du lobby nucléaire dans l'organisation de l'événement et du poids qu'ils pourraient faire peser sur les débats...

 

 Le regard de Tsany

 

 

Please reload