FIFA : Platini vraiment sur la touche ?

13/11/2015

En lice pour devenir président de la FIFA mais actuellement suspendu de toute fonction officielle, Michel Platini ne fait pas partie de la liste de cinq candidats dévoilée par l’instance internationale du football. Un coup dur qui ne met pas le Français hors course pour autant.
 

 Michel Platini n'a pas dit son dernier mot dans la course à la présidence de la FIFA. (Flickr)



Michel Platini vit décidément une fin d’année compliquée. Le président de l’UEFA , qui se targuait il y a encore quelques mois de défendre des valeurs différentes de celles de l’actuel président de la FIFA Sepp Blatter, a d’abord vu son nom cité dans une affaire de versement suspect d’argent datant d’il y a quinze ans, qui a entraîné dans la foulée sa suspension de toute fonction officielle pour une durée de 90 jours. Et depuis mercredi, il n’est même plus dans la liste officielle des candidats à l’élection pour la présidence de la FIFA qui se tiendra en février prochain. Pour autant, si Michel Platini se trouve aujourd’hui en situation délicate, il est encore trop tôt pour affirmer qu’il ne pourra pas atteindre son objectif.

Une liste non-définitive

La liste des candidats à la fonction suprême du monde du football a été dévoilée ce mercredi soir depuis le siège de la FIFA à Zurich. Une liste dans laquelle on retrouve les seuls candidats ayant réussi à obtenir les cinq parrainages requis afin d’être éligible, en l’occurrence le Français Jérôme Champagne, le Suisse Gianni Infantino, le Sud-Africain Tokyo Sexwale, le Jordanien Ali bin al Hussein et le Saoudien Salman bin Ebrahim al Khalifa. Le nom de Michel Platini, annoncé gagnant par tous les sondages jusqu’à sa suspension du mois dernier, n’apparaît donc pas dans cette liste. Cependant, avant que les opposants au Français ne s’enflamment, il faut prendre en compte un fait important : cette liste de cinq noms ne constitue en rien une liste définitive. On peut même affirmer qu’elle ne sert à rien, si ce n’est à rappeler quels candidats ne prendront pas part à l’évènement, un fait connu de tous depuis que les nombreuses personnalités du football s’étant déclarées candidates se sont retirées une par une, comme David Ginola et Zico entre autres.

Tout sauf une surprise

Puisque Michel Platini purge actuellement sa suspension de 90 jours hors du cercle officiel, il ne peut évidemment pas faire campagne dans l’optique des élections de la FIFA. Dans cette optique, l’instance internationale ne pouvait donc pas faire du tort à la justice en officialisant la candidature de Michel Platini. L’absence de la liste de l’ex-numéro 10 de l’équipe de France s’explique seulement par ce fait-là, et non pour telle ou telle raison liée à un énième scandale financier concernant Michel Platini.
La décision était ainsi attendue par tous les observateurs, si bien que le débat qui ressort de cette histoire ne mène quasiment à nulle part. L’affaire devrait logiquement se régler à la fin de la suspension du président de l’UEFA en janvier, date à laquelle la fédération internationale se prononcera sur la validité de sa candidature.
Michel Platini n’a pas attendu longtemps avant de réagir à sa non-présence dans la liste, n’hésitant pas à tacler la FIFA qui est, selon ses dires, d’une « surprenante lenteur » pour régler l’appel de sa suspension, lancé par le Français dans la foulée de l’annonce de celle-ci. Pas un mot sur la fameuse liste, donc. La colère du président de l’UEFA est compréhensible : sa campagne « présidentielle » n’a pas encore été lancée, et il se doit de convaincre les pays lui ayant tourné le dos que les affaires financières dans lesquelles il est impliqué ne sont pas un frein à sa bonne foi décisionnelle sur le plan du football. Malgré ses déboires judiciaires, Michel Platini possède toujours le soutien de la grande majorité des pays membres de la FIFA, un avantage quasiment insurmontable pour ses adversaires. Enfin, seulement si la candidature du Français est validée par la FIFA, et que son nom n’est pas associé à une autre affaire financière comme toutes celles qui secouent l’instance depuis quelques mois. Rendez-vous en janvier pour connaître la suite de l’histoire.

 

Please reload