France-Allemagne : aura-t-on droit à un choc?

Ce soir au Stade de France a lieu une belle affiche de football, un monument de l’histoire du sport. Accouchant tantôt de rencontres au couteau, tantôt de scores débridés, tantôt d’agressions restées célèbres. Ce soir, malheureusement, il ne devrait rien y avoir de tout ça. Excepté le prestige de l’adversaire, de nombreux ingrédients font que ce match va, simplement, passer au second plan. Explications.
 

 L'Allemagne de Thomas Müller (en blanc) avait éliminé les Bleus en quarts de finale de la Coupe du Monde l'année dernière. (AFP/C.Simon)



Un pays qui n’a pas la tête au match

Effectivement, c’est l’affaire qui surplombe le reste. Nous ne voulions pas en parler mais l’affaire judiciaire impliquant Karim Benzema et Mathieu Valbuena devrait laisser des traces indélébiles chez les Bleus. L’un étant actuellement interdit de voir l’autre, face à un calendrier judiciaire loin d’être favorable au football… L’affaire semble partie pour durer. Si l’on peut légitimement penser que le soufflé médiatique retombera à un moment ou à un autre, les Bleus sont actuellement harcelés de questions portant sur cette affaire. Rien, ou si peu, concernant le match de ce soir. Les seules questions ne portant pas sur l’enquête concernaient les « revenants » Hatem Ben Arfa ou André-Pierre Gignac. Bien sûr, personne ne vit avec le groupe et ne peut se targuer de savoir parfaitement ce qu’il se trame à l’intérieur de ce cocon. Il n’empêche. Il suffit de revoir la conférence de presse du 5 novembre dernier pour comprendre l’agacement que cela suscite dans l’esprit du staff de l’Equipe de France. Si les médias ne sont pas passionnés par le match, entraînant par la même l’avis des supporters, il faut espérer que les joueurs, eux, savent ce qu’ils ont à faire. Espérons que Ben Arfa et Kingsley Coman, chacun à leur manière heureux d’être dans cette sélection, sauront nous réconcilier avec le football international.


Une Mannschaft qui a perdu un peu de sa superbe

S’il est un fait incontesté et incontestable, c’est que les Allemands font partie des favoris pour le prochain Championnat d’Europe, l’été prochain. Ce serait une injure faite aux Champions du Monde de le nier. Seulement, il est tout aussi certain que, depuis l’été 2014, cette équipe est en perte de vitesse. S’il est parfois difficile d’enchaîner après un titre mondial, il serait bon que cette méforme ne s’éternise pas. Après un parcours de qualifications « laborieux » toutes proportions gardées, retenons les défaites en Pologne, en Irlande. Les Allemands n’ont obtenu leur qualification qu’au tout dernier match, à la faveur d’un succès étriqué (1-2) en Géorgie. S’il est nécessaire de rester humble devant cette machine à marquer, il ne paraît pas invraisemblable de laver un tant soit peu l’élimination en quart de finale du dernier Mondial (0-1) pour nos Bleus. La sélection allemande a quelques problèmes à régler, notamment celui de la succession du célèbre latéral droit Philipp Lahm, Mattias Ginter n’apportant pas encore toutes les garanties nécessaires. Il faut également préparer l’après-Schweinsteiger. Si le milieu de Manchester United est encore titulaire en sélection, il n’est pas indiscutable chez les Red Devils et le sélectionneur allemand pourrait rapidement lui préférer Ilkay Gündogan, de retour à un niveau très intéressant au Borussia Dortmund.


Un Stade de France pas au niveau de l’affiche ?

C’est la nouvelle polémique qui énerve la Fédération Française de Football : l’état catastrophique de la pelouse de l’enceinte dionysienne. Des cailloux « gros comme le poing » ont été retrouvés sur la pelouse, mettant évidemment en grand danger l’intégrité physique des joueurs. La sélection allemande avait fait le même constat durant son entraînement. Une pelouse catastrophique, voilà qui devrait peut-être pousser les joueurs à jouer à l’économie pour ce match, rappelons-le, amical. En tout cas, une chose est sûre, ce n’est pas cela qui va réchauffer des relations déjà très fraîches entre la FFF et le consortium gérant l’enceinte de Saint-Denis.

In fine, s’il ne faut pas excepter la beauté de l’affiche de ce soir, il est incontestable que les deux sélections ont différentes raisons de ne pas proposer le spectacle attendu ce soir. Ce ne sont que des suppositions évidemment, et gageons qu’un Stade de France comble, boosté par un public ayant envie de beau jeu saura faire oublier à chacune des équipes leurs problèmes respectifs, le temps de 90 minutes.

 

Please reload