Queen, et la magie opéra

23/11/2015

Le 21 novembre 1975 sortait l'album le plus cher jamais produit à l'époque. Un album extravagant à la limite entre le classic rock de Led Zeppelin, le progressif lyrique de Genesis et un opéra de Verdi. Le chef d’œuvre ultime d'un groupe à son apogée. Fantastic, c'est la vie Mesdames et Messieurs : A Night At The Opera de Queen.

 

 
De l'aveu même de Brian May, guitariste du groupe, A Night At The Opera est l'album qui scella le destin de Queen, et ce pour deux raisons. La première est que, selon lui, un échec de l'album aurait entraîné l'arrêt définitif du groupe. La deuxième est que au-delà d'une réussite, ANATO est un triomphe, qui permet à Queen, en 1975, d'être LE groupe de rock britannique du moment, alors que Led Zeppelin et The Who sortent définitivement de leurs âges d'or respectifs. Oui, Queen produit un album fantastique, mariant les genres et les tons en un ensemble des plus cohérents et déstabilisants, et non, Bohemian Rhapsody n'est pas la seule justification à se procurer l'album. BoRhap, qu'on ne présente plus, a été plusieurs fois désignée meilleure chanson de tous les temps, et très objectivement, on ne peut pas s'y opposer plus de 5 secondes. Son style unique, mélange de ballade, d'opéra et de rock pur, en fait un chef d’œuvre parmi les chefs d’œuvre. Pourtant, A Night At The Opera ne peut pas être décrit uniquement à partir de sa chanson phare, et loin de là.


Lire la suite

 

Please reload