COP21 : "La plus belle et pacifique des révolutions"

13/12/2015

La conférence mondiale sur le climat s’est donc achevée sur un accord jusqu’au bout incertain et menacé. Validé par les 195 pays présents au Bourget, le texte historique est bien là.
 

 (Philippe Wojazer/REUTERS)

 

Approuvé par l’ensemble des délégués, l’accord de Paris a été ratifié samedi 12 décembre et marque sans nul doute un tournant historique pour le climat. L’émotion était palpable, à tel point que Laurent Fabius, président de la COP21, a plusieurs fois dû retenir ses larmes. Les intérêts des pays émergents ont étés dépassés et le succès est très certainement lié aux relations diplomatiques qu’entretiennent la France et l’Arabie Saoudite, qui doit à présent changer drastiquement son mode de fonctionnement et sa consommation de charbon, de pétrole ou encore de gaz. Le porte-parole du groupe des pays en développement s’est dit satisfait de l’accord « Nous pensons qu’il est équilibré et qu’ils ont pris en compte nos intérêts ». A présent la France a la responsabilité de veiller aux respects des décisions de la COP21. Le fond de 100 milliards qui va accompagner les pays émergents a pesé dans la balance et est intimement lié au bon déroulement de la conférence tout comme les investisseurs, qui devaient prouver qu’il fallait mieux parier sur les énergies renouvelables que sur les énergies fossiles, ont eux aussi permis aux sceptiques de voter pour l’accord qui va marquer l’histoire.


Lire la suite

Please reload