Plus vite que la musique #8 : Coldplay, Who et Beatles

05/12/2015

Au programme cette semaine : le nouvel album de Coldplay et les cinquante bougies de deux albums essentiels de l'histoire de la musique, My Generation (The Who) et Rubber Soul (The Beatles).

 

 

Coldplay sort aujourd'hui son septième album. Le chanteur Chris Martin a déclaré que A Head Full of Dreams marquait la fin d'un cycle. Alors qu'en est-il vraiment, c'est ce que nous allons voir.
Pour le coup, c'est vraiment le jour et la nuit entre Ghost Stories, l'album de 2014, et A Head Full Of Dreams. Là où le précédent album était mélancolique et assez acoustique (pas trop quand même, c'est tout de même Coldplay), le nouvel opus est marqué par la joie de vivre et les couleurs. Oui, le nouveau Coldplay est joyeux, et ce n'est pas pour déplaire, après la déception de Ghost Stories. Le groupe avait annoncé un retour aux sources pour 2014, ce qui est souvent mauvais signe. Gagné, l'album était, sans être raté, assez insipide. Mais alors, qu'en est-il pour l'album sorti aujourd'hui ? Chris Martin semble avoir dépassé son stade de dépressif renfermé, et s'offre à nouveau les envolées pop que l'on n'attendait plus. Le problème majeur de l'album est que, malgré la volonté de refaire du X&Y ou même du Viva La Vida, l'inspiration n'est clairement plus au rendez-vous. Le titre éponyme, qui ouvre l'album, est l'un de ces hymnes de stade que le groupe a réussi à pondre avec succès depuis 10 ans (Viva La Vida, Paradise...). Dans la même veine, on y retrouve donc la mélodie répétitive, le gimmick de guitare, la montée de synthétiseurs, et l'insupportable surcharge de « oh oh oooooh ».

Lire la suite

Please reload