Laissez-nous tranquilles #9 : La comparaison selon Sarkozy

08/12/2015

Nicolas Sarkozy a déclaré la semaine dernière que « quand on consulte des images de djihadistes, on est djihadiste ». Une extrapolation qui ne reflète pas du tout la vérité des choses.
 

 (Creative Commons)

La question sécuritaire constitue peut-être le sujet le plus important de l’année 2015 en France. Dans des mois difficiles marqués par plusieurs attentats et tentatives d’attentats en Hexagone, le pouvoir en place a été fortement critiqué, de nombreux Français reprochant à François Hollande et son gouvernement une sorte de laxisme actionnel après les attaques de janvier, ce qui aurait mené à celles du 13 novembre et à la situation actuelle. L’opposition fait évidemment partie de cette catégorie critique face au Parti Socialiste, et ses leaders en profitent pour faire valoir leur avis dans une France encore convalescente. Et dans ce rayon, Nicolas Sarkozy sait y faire. Ainsi, dans un discours sur la nécessité de renforcer les mesures de sécurité contre l’Etat Islamique, le président des Républicains a répété une phrase qu’il avait déjà prononcée il y a quelque temps : « quand on consulte des images de djihadistes, on est djihadiste ». A première vue, on aurait tendance à croire l’ancien président de la République, puisque, effectivement, surfer sur Internet et tomber sur des sites contenant des images de djihadistes n’arrive en général pas au premier venu. Plus clairement, cela ne peut résulter que d’une recherche volontaire sur le web, Daech ne s’étant heureusement pas encore lancé dans la mise en ligne de pop-ups de propagande. Cependant, cette phrase de Nicolas Sarkozy est bien plus problématique qu’il n’y paraît.

Lire la suite


Please reload