Laissez-nous tranquilles #16 : Réforme sur la forme

La langue française s’apprête à subir un lifting important : 2400 mots vont voir leur orthographe modifiée dans certains manuels scolaires, afin de faciliter l’apprentissage des élèves des petites classes de primaire. Des changements qui font parler.
 

 (Pixabay)


Le gouvernement français est actif, et c’est une bonne nouvelle. Le problème, comme diraient certains, est qu’il ne concentre pas son activité sur les secteurs qui comptent. Notion totalement arbitraire, cette phrase est tout de même le résumé d’une part des réactions ayant suivi l’annonce d’une prochaine réforme de l’orthographe. Pour que l’apprentissage des enfants soit facilité, certaines règles grammaticales, comme l’accent circonflexe, vont voir leurs interlignes modifiées. C’est également le cas pour l’orthographe de centaines d’autres mots, qui possèderont désormais deux orthographes correctes. En plus de la notion scolaire, le ministère a également pris cette décision dans l’optique de s’ « adapter à l’époque » et d’en finir avec certains non-sens grammaticaux entre les mots de même famille. Partant d’une bonne volonté datant d’il y a 25 ans, la réforme de l’orthographe version 2016 révèle de nombreux éléments sur notre société actuelle.

Le changement, c’est maintenant

Toucher à la langue française, serait-ce un crime de lèse-majesté ? Quand la décision vient des hautes sphères de l’Etat, on ne peut qu’acquiescer et voir venir. Ce que l’on se demande surtout, c’est la raison pour laquelle le gouvernement a décidé de mettre en place cette réforme aujourd’hui. La langue française évolue, c’est un fait. De nouveaux mots sont ajoutés dans les dictionnaires chaque année, et cela ne rentre même pas dans un quelconque cadre réformateur. Ici, c’est différent. On touche à des mots qui ne s’insèrent peut-être pas facilement dans une discussion de tous les jours, mais qui font néanmoins partie intégrante de la culture française, et d’une certaine culture de l’orthographe. Des termes comme oignon et nénuphar, qui peuvent désormais s’écrire ognon et nénufar, sont principalement au cœur de la polémique.


Lire la suite

Please reload