Le "crime de l'avortement" et Donald Trump : la semaine agitée du pape François

21/02/2016

Après la rencontre historique avec le patriarche Cyrille à Cuba, c’est lors de son voyage au Mexique que le pape François Ier s’est fortement opposé à l’avortement, même à l’heure des dangers liés au virus Zika. Et quelques jours plus tard, le souverain pontife s’en est cette fois pris à Donald Trump.
 

 (Flickr)


C’est au cours de son voyage en Amérique que François s’est exprimé sur l’épidémie Zika et sur les moyens d’annihiler le virus, très répandu en Amérique, notamment dans sa partie sud. Le Mexique est un des pays les plus touchés par l’épidémie après le Brésil, où 1,5 million de personnes ont été contaminées et 3174 cas de microcéphalie recensés chez des nourrissons par l’OMS en 2015.
Il est important de savoir que le virus Zika, arrivé au Brésil après la Coupe du monde de football il y a deux ans, et qui se transmet par la piqûre de certains moustiques – principalement par le moustique tigre – provoque des malformations fœtales chez les nouveaux-nés à la suite de la contamination de femmes pendant leur grossesse. De ce fait, l’avortement semble être une véritable solution pour les femmes qui ne souhaitent pas prendre ce risque. Cependant, pour le pape François, qui s’est exprimé au Mexique sur le sujet, l’avortement reste un crime.



Lire la suite



Please reload