Laissez-nous tranquilles #18 : Mat sur l'échiquier politique

Le récent texte de la loi du travail l’a une nouvelle fois mis en évidence : la droite et la gauche politiques sont désormais des notions obsolètes, ou presque.
 

 (Wikimedia Commons)

Le 21ème siècle sonnera-t-il le glas des différents bords politiques ? Nous sommes bien partis pour en prendre le chemin, surtout depuis quelques années. La dernière preuve en date repose dans les réactions des députés à la proposition de loi de Myriam El Khomri visant à réformer le monde du travail. Qualifiée d’erreur à gauche, la droite encourage pourtant la ministre sur cette voie, le texte trouvant des partisans jusque dans les sphères dirigeantes du Médef, le plus grand syndicat de patrons en France. Cette situation paraît tout à fait incongrue quand on sait que ce sont des socialistes qui nous gouvernent, et que, dans les fondements mêmes du parti, se trouve la nécessité d’aider le peuple, ou, dit plus grossièrement, la « masse populaire ».

L’histoire aux oubliettes


Dans l’histoire, les termes de droite et gauche trouvent leur origine quelques mois après la prise de la Bastille en 1789, lorsque les députés de la nouvelle assemblée nationale se sont réunis pour voter sur la future place du roi face aux députés. Lors de ce débat, les partisans du maintien du pouvoir royal se trouvaient sur la droite du président de la séance, tandis que les opposants au droit de veto du roi étaient, eux, placés sur sa gauche. Les premiers étaient majoritairement des aristocrates et les seconds des membres du troisième ordre, le tiers-état. Il suffit donc de se replonger dans le passé pour se rendre compte que les notions de droite et de gauche sont fortement ancrées dans des valeurs tout à fait ambivalentes, qui paraissent plus difficiles à mêler que le contraire.
Toutefois, les années passant et les modèles politiques évoluant, il est devenu de plus en plus difficile de séparer distinctement ces deux bords politiques, qui restent, faut-il le rappeler, une notion purement française. En effet, quand il s’agit de dire oui ou non au roi, les camps sont bien plus clairs que sur une politique économique ainsi que sur toutes les caractéristiques qui l’accompagnent.



Lire la suite

Please reload