Dossier - Macédoine, entre religion et revendications

04/03/2016

La Macédoine, petit pays des Balkans et Etat reconnu par l’Organisation des Nations Unies depuis 1993, abrite une mosaïque culturelle et ethnique extrêmement diversifiée pour un pays de deux millions d’habitants seulement. Situé à la frontière sud de la Serbie et entre l’Albanie à l’ouest et la Bulgarie à l’est, ce jeune Etat occupant une position de carrefour entre une multitude de cultures depuis l’Antiquité est tiraillé entre plusieurs identités et religions, au grand dam de son équilibre politique précaire. 
 

 (AFP)
 

Un pays composé de plusieurs peuples
 

L’Ancienne République Yougoslave de Macédoine, de son vrai nom, en raison de contentieux avec la Grèce qui lui refuse l’appellation Macédoine, regroupe aujourd’hui 4 peuples majoritaires, Macédoniens (60%), Albanais (30%), Turcs (5%) et Tziganes (5%), par leur proportion dans la population. Ce mélange de communautés est le fruit de longues périodes d’alternance d’occupants sur son territoire allant de l’empire d’Alexandre le Grand à la République Fédérale Socialiste de Yougoslavie en passant par les empires byzantin et ottoman. Cet Etat, qui est également l’un des plus pauvres du continent Européen, a ainsi prêté son nom à une célèbre salade française bien connue pour regrouper une multitude de légumes aux couleurs différentes.

L’une des conséquences de ce mélange de peuples d’origines différentes et descendant de plusieurs civilisations est l’existence de deux religions très fortement représentées dans la population, à savoir le christianisme orthodoxe qui représente 60% de la population et l’islam sunnite qui en concerne environ 38%, les 2% restants se réclamant d’autres religions très minoritaires. Cette répartition fait de la Macédoine le 4ème pays comptant le plus de musulmans proportionnellement à sa population en Europe après le Kosovo, l’Albanie et la Bosnie, et le deuxième en termes d’équilibre entre les deux religions après la Bosnie. Ainsi, aucune des deux principales religions ne prime réellement sur l’autre, ce qui en fait un cas rare en Europe et dans le monde. Par ailleurs, les croyances religieuses sont dans la plupart des cas liées aux peuples, les Macédoniens étant souvent orthodoxes et les Albanais, Turcs et Tziganes musulmans. 



Lire la suite
 

Please reload