Le crash de Germanwings était bien volontaire

13/03/2016

Le BEA a confirmé que la catastrophe provoquée, en mars 2015, par le pilote de l’avion de la compagnie Germanwings était volontaire. Toujours selon le BEA, cet acte pose de nouvelles questions quant à la sécurité aérienne.
 

 (Wikimedia Commons)


En mars 2015, l’avion de la compagnie allemande effectue une liaison entre Barcelone et Düsseldorf en Allemagne, avec 150 passagers à bord. Après une demi-heure de vol, le pilote de l’avion s’absente et laisse alors le co-pilote Andreas Lubitz seul dans le cockpit. Celui-ci engage volontairement la descente de l’avion dans les Alpes françaises.
Avec des passagers de 17 nationalités différentes présents dans l’appareil, ce crash est un drame international. Grâce à l’exploitation des boîtes noires, 2 mois après l’accident, le BEA a confirmé que le co-pilote voulait bel et bien s’écraser avec l’avion de la Germanwings. « Le copilote s’est retrouvé seul dans le poste de pilotage. Il n’a pas ouvert la porte pendant la descente, malgré les demandes répétées de l’équipage, et les coups frappés à la porte. Andreas Lubitz a, à plusieurs reprises, manipulé le pilote automatique afin d’augmenter la vitesse de l’appareil, ce qui a eu pour effet de faire descendre l’avion plus vite ». Les propos de Rémi Jouty, directeur du BEA, relayés par sudouest.fr, posent des questions inédites pour l’aviation.



Lire la suite

 

Please reload