Laissez-nous tranquilles #21 : Hommages inégaux

De nombreux attentats ont eu lieu dans des pays étrangers ces derniers temps. Pourtant, quand ceux-ci se déroulent loin de l’Europe, la compassion semble beaucoup moins forte.
 

 (REUTERS/Philippe Wojazer)


On dit souvent que les humains naissent libres et égaux, indépendamment de leur sexe ou de leur couleur de peau. Dès lors, la perte d’une vie humaine ne devrait-elle donc pas être traitée de la même manière, qu’elle soit dans l’Occident ou bien dans un pays plus éloigné géographiquement et culturellement de notre position ? Après les nombreux attentats qui ont eu lieu la semaine dernière de par le monde, couplé à celui de Bruxelles et aux réactions générales qui l’ont suivi, cette question revient – une nouvelle fois - sur le devant de la scène.
La première problématique réside dans le traitement médiatique de ces attentats qui ne touchent pas la culture occidentale. En effets, ces actes de terrorisme sont présentés assez succinctement, avec peu d’articles évoquant les faits et les enjeux résidant derrière chacune des attaques. Enfin, cela, c’est ce que beaucoup de gens dénoncent. Dans les faits, les articles sur les attentats, comme le dernier en date au Pakistan ce week-end, bénéficient d’une couverture tout de même importante, et la publication de deux ou trois articles résumant les faits et la situation sont amplement suffisants pour comprendre ce qui se passe loin de chez nous. Car, si les plaintes sont souvent nombreuses quant à ce phénomène de « différenciation médiatique », celles-ci se basent sur des opinions personnelles ne reflétant pas du tout l’opinion générale vis-à-vis de l’information. La plupart du temps effectivement, la perception individuelle d’un attentat dépend beaucoup de sa teneur émotionnelle – ce qui est loin de constituer une surprise.



Lire la suite
 

Please reload