Le journal satirique d'un étudiant anonyme du 3 avril

03/04/2016

 
Cher journal,
 

Tu dois t'en douter, mais je vais encore te parler de la mobilisation. Non pas que tu puisses arrêter d'être mon support d'écriture, je te préviens malgré tout de ce qui va suivre. En effet, ce que je raconte a été tellement concentré sur ça que tu pourrais te demander si je t'écris n'importe quoi, ou si l'actualité est devenue tellement chiante que même Marine Le Pen s'est exilée au Canada pour retrouver un semblant de vie politique. Je dois bien t'admettre que ce n'est aucune de ces raisons. Il est vrai que l'actualité est chargée, que la haine des terroristes continue d’atterrir sur le tarmac d'une Europe ensanglantée, que celle-ci vend son cul à la Turquie pour échapper à l'affreuse vague de migrants cannibales, voleurs de poules et d'emplois venus de Syrie. Et comme tu peux le voir, je continue à parler des quatre bobos de 22 ans qui défilent Place de la République pour se donner bonne conscience après avoir, comme il se doit, dénoncé un sans-papier aux services de Bernard Cazeneuve.
 

Il faut bien remarquer que le mouvement ne provoque pas dans l'opinion un réel engouement. Et ce n'est certainement pas parce que l'opinion n'existe pas que la popularité du président de l'UNEF va remonter. William Martinet porte bien son nom, martyrisant tous les jeudis des millions de Français ensauvagés par les discours haineux de la fille du borgne tortionnaire, tout en se faisant ramollir le cerveau par trois heures quarante non-stop d'émissions de Cyril Hanouna.


Lire la suite
 

Please reload