La démocratie en danger en Macédoine

23/04/2016

Cela ne fait pas loin de deux semaines que la République de Macédoine est touchée chaque jour par des manifestations d’opposition au gouvernement. Des contestations qui durent maintenant depuis deux ans et qui viennent d’être ravivées en raison d’une loi faisant fort débat, votée le 16 mars dernier.
 

 

La loi pour l’amnistie

 

La Cour Constitutionnelle de Macédoine, composée de neuf juges, a voté le 16 mars une loi qui autorise le président de la République Gjorge Ivanov à gracier, par décret, toutes les personnalités politiques suspectées de scandale. Cette mesure doit concerner les suspects qui font l’objet de fraudes électorales, de pédophilie, de viol, de trafic de drogue et même de crime de guerre. En faisant voter cette loi, le Président espère pouvoir mettre fin à deux années de crise politique rythmées par une multitude de scandales dans le camp du gouvernement comme dans celui de l’opposition. Les neuf juges de la Cour Constitutionnelle ont avancé comme argument que le droit d’amnistie devait revenir à l’exécutif.


Lire la suite

 

 

Please reload