Plus vite que la musique #19

Programme de cette 19ème édition : Radiohead, Chance The Rapper, Kygo et le point singles.
 

 

Radiohead - A Moon Shaped Pool

L'événement musical de la semaine, c'était la sortie dimanche dernier d'un des albums les plus attendus de l'année, le nouveau Radiohead, cinq ans après The King Of Limbs.

Voilà donc cinq ans que le groupe britannique faisait patienter ses fans. Cinq ans d'albums solos, de side-bands et d'OST pour Paul Thomas Anderson. Mais surtout, cinq ans d'attente insoutenable, après un album assez moyen en 2011, un album ne présentant rien de nouveau, aux expérimentations mal tournées. Radiohead a eu la bonne habitude de se réinventer à chaque nouvel album, alignant les chefs d’œuvre depuis The Bends en 1995, mais les fans ont bien dû avouer, avec The King Of Limbs, que même un groupe de la trempe de Radiohead pouvait se planter. Peut-on d'ailleurs encore qualifier les cinq Britanniques de groupe de rock ? Alors que leurs trois premiers albums étaient très orientés rock alternatifs, voire un peu underground, ils se sont progressivement tournés vers l’électro et l'expérimental. Aujourd'hui, avec A Moon Shaped Pool, que reste-t-il des expérimentations du groupe ? A Moon Shaped Pool est bien un album de Radiohead, il est même peut-être l'album le moins surprenant de toute la carrière du groupe (si l'on considère Kid A et Amnesiac comme un diptyque indissociable). Les Britanniques parviennent à mêler ce que l'on connaît déjà d'eux, c'est-à-dire des mélodies magnifiques, un lyrisme musical sublime, une voix de Yorke toujours aussi enivrante ainsi qu'une interprétation instrumentale parfaite, avec des caractéristiques toujours nouvelles dans la façon d'accompagner la mélodie. L'album est sombrement calme, aussi loin de l'électro à la Kid A que des guitares de There There ou de Just. Radiohead semble s'axer sur des instrumentaux plus classiques, utilisant parfaitement bien du piano, avec un génial soupçon de guitares, de synthétiseurs et de violons pour épicer le tout dans une sauce que seuls eux sont capables de cuisiner. L'album en devient, par moments, presque symphonique, tant chaque instrument (dont la voix) trouve sa place minutieusement parmi les autres, se complétant entre eux dans un jeu musical étonnant de pureté.



Lire la suite

 

Please reload