Laissez-nous tranquilles #23 : Fléau sans fin

14/06/2016

Il fait partie de ces mauvais marronniers : le hooliganisme resurgit au pire des moments et replonge le football dans l’un de ses fléaux les plus sombres, alors que l’Euro 2016 vient tout juste de débuter.
 

 Des supporters anglais sur le Vieux Port à Marseille, vendredi dernier. (AFP)


La rencontre entre l’Angleterre et la Russie du samedi 11 juin était présentée comme l’un des « matches à risque » de l’Euro 2016. La raison de cette catégorisation : une partie des supporters des deux équipes, réputés prompts à dégainer les poings et les projectiles sous l’effet de l’alcool. Au final, ça n’a pas raté : plus de 60 interpellations, 35 blessés en majorité anglais, et des peines de prison ferme pour deux d’entre eux.
Les évènements ont commencé dès jeudi, soit deux jours avant la rencontre au Stade Vélodrome à Marseille. Le Vieux Port s’est transformé en champ de bataille, les deux camps séparés par des CRS essayant tant bien que mal de limiter les dégâts en piétinant les packs de bière vides, consommées puis, pour certaines, jetées à la tête de ces adversaires de rixe et de tribunes. Un rappel de ce qui s’est passé il y a dix-huit ans, déjà à Marseille, durant la Coupe du Monde organisée en France. En cette date, hooligans anglais et fans tunisiens s’en étaient donnés à cœur joie pour gâcher une partie de la fête face à des forces de l’ordre, déjà, dépassées. Bis repetita en 2016, pour montrer que la France n’est jamais à l’abri d’une remontée de la violence liée au sport, et ce malgré ses efforts pour la contrecarrer.



Lire la suite

 

Please reload