Collèges, lycées : la pilule du lendemain plus accessible

19/06/2016

Depuis peu, les infirmiers scolaires de nos collèges et de nos lycées n’ont plus d’excuse pour ne pas donner aux adolescentes cette contraception de secours.

 (Crédits photo : Pixabay)

La fin des restrictions

Avant le 28 mai et la publication du nouveau décret dans le Journal Officiel, l’élève devait présenter une situation “de détresse caractérisée”, à savoir que l’infirmier ne pouvait délivrer ce contraceptif que s'il était l’ultime recours de la jeune fille.

Désormais, et c’est la volonté du ministère de la santé, l’établissement se doit de rendre la contraception d’urgence accessible.  Que l’élève soit mineure ou majeure, en collège ou en lycée, l’infirmier scolaire voit la délivrance du médicament simplifiée.

L’infirmier s’entretient tout d’abord avec l’élève, et lui explique les dangers liés à ce contraceptif d’urgence. Il propose un entretien facultatif avec les parents de la jeune fille, et veille ensuite à la bonne prise de la fameuse pilule et peut assurer le suivi psychologique.


Lire la suite

 

Please reload