Il était pourtant immortel

 (Crédits : Eloïse Priou)
 

Ce matin, tout commençait parfaitement bien. La routine matinale d’un lundi, la tête dans le brouillard, juste ce qu’il faut pour tout de même partir du bon pied. Certains écoutaient la radio, d’autres consultaient leur smartphone et une info sauta aux yeux : « A 69 ans, David Boyie décède des suites d’un cancer ». Incrédule, on la relit, puis une troisième fois. Les réseaux sociaux sont enflammés. La mort de David Bowie, une idole des années 70, 80 et 90, provoque pourtant un émoi incroyable auprès des jeunes adultes. Enfant, Bowie me faisait peur, je voyais sa gueule et sa crinière rousse sur les CD’s de mes parents, je le reconnaissais de suite, mi-homme, mi-femme, mi chic, mi excentrique… David Bowie, dans mon esprit, côtoyait d’autres personnalités comme Andy Warhol, sans doute avec leur côté « Tout est de l’art mais rien n’est de l’art ». Comparaison odieuse pour les puristes, beau compliment dans mon esprit. David Bowie était déjà un petit peu absent de nos esprits, après sa longue pause musicale.


Lire la suite

Please reload