Journal satirique d'un étudiant anonyme : 31 janvier

31/01/2016


Cher journal,

Je suis très malheureux. Demain, je reprendrai le chemin des écoliers, repartant vers l'obligation que j'ai à faire des études. Comme un contrat tacite que j'aurais signé avec ma mère à ma naissance, je dois poursuivre mon cursus, jusqu'à ce que la société trouve mon CV satisfaisant, ou tout du moins assez pour servir en tant que dame pipi dans un bar de Valenciennes. Et franchement, je me plaisais assez à ne pas faire grand chose de mes journées, à ne pas réviser, à ne pas avoir besoin de sécher puisque je n'ai même pas cours. Mais je suppose que c'est du passé maintenant, je retourne à la mine, en espérant que mes profs ne me feront pas la blague du coup de grisou. J'ai passé la semaine à appréhender cet instant, ce moment où je devrai retourner dans ma salle de classe, après être passé quinze fois à l'administration parce que la secrétaire a perdu mon dossier. Je visualise par avance sa tête de droguée analphabète, me réclamant une fiche de renseignements avec la même ferveur qu'un Somalien devant un plat de choucroute garnie. Je lui répondrai que j'ai donné la dernière photocopie qui me restait il y a deux semaines à son collègue, qui doit se torcher avec, quand on voit la vitesse avec laquelle il égare la paperasse. Elle me répondra qu'elle n'est pas au courant, qu'elle est désolée, et qu'elle doit fermer le secrétariat parce qu'il est déjà 15h. Non je ne suis pas condescendant, je suis juste fatigué, ce qui est con quand on pense que j'ai rien foutu pendant deux semaines. Enfin bref, mon amusement va bientôt reprendre, et je sens que je vais à nouveau devoir affronter sur le terrain politique mes camarades de classe. 



Lire la suite

Tags:

Please reload