Dans la peau d’un marchand des puces de Saint-Ouen

A la rencontre des marchands des puces de Saint-Ouen, dans un marché à l’ambiance unique, véritable concentration de diversités où se regroupent artistes et antiquaires. Immersion dans un métier où le stress est quotidien.
 

La galerie De Francqueville aux Puces de Saint-Ouen (Maxime Wangrevelain / LPA)

 

Vendredi, 10h. Déambulant dans le marché couvert des puces, nous décidons de nous arrêter devant la boutique d’un certain Dominique de Francqueville, marchand atypique de tableaux, qui vient d’ouvrir sa boutique. Pour lui, la particularité de ce marché se résume en un seul mot : diversité. En comprendre, il n’y a pas de produits uniques. Entre galeries d’art contemporain, objets typiques, tableaux et autres artefacts vintage, les créateurs sont en effet bien plus diversifiés que dans d’autres marchés plus homogènes.
Arrivé aux puces en 2007, le marchand estime que l’évolution de la fréquentation du marché est « relativement cyclique » et que le lieu s’est rempli de manière considérable depuis près d’un an, grâce à l’apport de l’art contemporain.



Lire la suite
 

Please reload