Au Congrès du PS, « qui n'a pas de passé n'a pas d'avenir »

09/04/2018

Ce week-end, le 78ème congrès du Parti socialiste était placé sous le signe de la renaissance. Entre deux références à sa glorieuse histoire, les cadres ont joué la carte de l'unité, sans pour autant proposer de solutions concrètes.
 

 Le discours d'Olivier Faure était le grand moment du week-end (Paul Idczak/LPA)


Sur une table en bois, des cartes postales représentent François Mitterrand, le regard déterminé. « What would Jaurès do ? », lit-on en anglais sur des t-shirts accrochés au mur de la boutique du parti montée pour ces deux jours de congrès. Pas facile de se promener dans la grande salle des Docks de Paris sans tomber sur une figure emblématique du passé du Parti socialiste. L’évènement, qui consacre Olivier Faure à la tête d’une formation exsangue, est pourtant placé sous le signe de la renaissance. Un mouvement qui s’amorce après des derniers mois chaotiques, des 6% de Benoit Hamon à la présidentielle à la vente du siège historique de Solférino pour renflouer des caisses vides.


Lire la suite

Please reload