par Léo Sanmarty

The Revenant,
taillé pour les Oscars

En avant-première, critique de The Revenant d'Alejandro González Iñárritu, l'un des films les plus attendus de ce début d'année.

 

Avec The Revenant, sorti le 25 décembre 2015 aux Etats-Unis, Alejandro González Iñárritu signe un nouveau chef d’œuvre et une ode au mythe de la frontière si chère à l’Amérique. Après Birdman en 2014, primé aux oscars, le réalisateur mexicain revient sur les écrans s’entourant d’acteurs expérimentés mais aussi de talents en herbe qui gagnent à être connus comme Domhnall Gleeson, récemment vu dans Star Wars 7, Ex Machina, ou encore Harry Potter. Alejandro Iñárritu dépeint une épopée sombre et glaçante bien éloignée des westerns traditionnels visant eux un public plus familial. Même si les premières scènes nous montrent des Indiens violents chassant l'envahisseur, l'histoire prend peu à peu la forme d'une peinture réaliste de l'Amérique sauvage, au-delà des tribus amérindiennes. Dans The Revenant, adaptation du roman de Michael Punke, le spectateur est happé par le voyage du célèbre trappeur américain Hugh Glass, interprété par l’infatigable Leonardo DiCaprio, déjà primé deux fois aux Goldens Globes, qui doit survivre sévèrement blessé par un ours tout en cherchant à se venger. Dans ce film, Hugh Glass, à l’instar de tous les autres personnages, semble dépassé par les paysages grandioses et enneigés que nous propose Iñárritu avec un réalisme captivant. Le réalisateur adepte des long plans séquences continue de nous offrir des scènes d’une grande beauté esthétique, tout en réussissant à faire ressortir la violence et les histoires de ces personnages qui évoluent dans ce territoire désolé où la rudesse des paysages se mêle à celle des hommes. The Revenant est également porté par l’incroyable performance de Tom Hardy, totalement crédible dans son rôle de trappeur violent et sans scrupule, qui continue de nous surprendre après ses rôles dans Mad Max et The Dark Knight Rises. Sa voix rauque et charismatique effraie et fait vibrer le spectateur renforçant ainsi son immersion dans le récit. A noter la prestation de Will Poulter, qui représente la part de moralité et d’innocence qui subsiste dans les esprits torturés des protagonistes. Déjà un succès aux Etats-Unis, The Revenant s’impose dans ce début d’année en Europe, tout comme Leonardo DiCaprio, incontournable. Longtemps boudé par l’Académie des Oscars, l’acteur de 40 ans, déjà nominé pour ce rôle dans la session 2016 dans la catégorie meilleur acteur réalise ici un sans-faute. Récemment lauréat aux Golden Globes en compagnie d'Alejandro González Iñárritu, est-ce enfin l’année de l’Oscar pour DiCaprio ? Cela semble en tout cas bien parti pour.

The Revenant, un film d'Alejandro González Iñárritu, en salles le 24 février.

Note : 4 / 5