Alors que le second débat s’était résumé à une sorte de pugilat politique nivelé par le bas, le troisième, qui a eu lieu à Las Vegas ce mercredi 19 octobre, se démarque par son contenu et la performance des deux candidats. Résumé et analyses.

 

La synthèse est rapide à faire. La sénatrice Hillary l’emporte encore une fois haut la main alors que Donald Trump s’enfonce un peu plus dans la disgrâce et le ridicule.

 

Qu’a-t-il fait cette fois-ci ? À la question : « Accepterez-vous le résultat des élections ? », ce dernier n’a trouvé à répondre que : « Vous verrez en temps voulu ». Blasphème suprême ! Il est en effet de coutume aux États-Unis que la passation de pouvoir se fasse paisiblement et respectueusement. Donald Trump, en ne répondant pas par la positive, menace un des piliers de la démocratie américaine. La réponse du magnat de l’immobilier choque les journaux américains qui en font leur une ce matin. Trump apparaît de plus en plus comme un candidat dangereux, irresponsable et irrespectueux des normes démocratiques, qu’il ne comprend d’ailleurs pas. Plusieurs journalistes l’accusent de se comporter comme dans son show télévisé « The Apprentice », créant un suspense qui n’est pas le bienvenu dans ce genre de circonstances.

 

Ce n’est évidemment pas tout. Il a encore une fois nié avoir soutenu la Guerre en Irak en 2003 alors que toutes les preuves sont contre lui. Ce comportement récurrent chez lui s’explique par ce qu’il a vécu dans sa vie : on lui a toujours appris à dire qu’il avait gagné quand il avait perdu. Ce que les gens retiennent, ce ne sont ni les paroles ni les faits, mais le personnage. Et c’est ce comportement qui fait dire aux supporters de Trump que c’est lui qui gagne les débats.

 

Pourtant c’est l’inverse qui se produit. Le candidat Républicain s’est ridiculisé avec son comportement enfantin lors d’un échange sur Vladimir Poutine :
 

  • CLINTON : « Et bien c’est parce que Poutine aimerait avoir une marionnette en guise de président !

  • TRUMP : Je ne suis pas une marionnette, je ne suis pas une marionnette.

  • CLINTON : Et il est clair...

  • TRUMP : Vous êtes la marionnette.

  • CLINTON : Et il est clair que vous ne l’admettrez pas...

  • TRUMP : Non. Vous êtes la marionnette »

 

Retour dans la cour de récréation de l’école primaire... La candidate démocrate sait y faire. Elle maitrise l’art du débat avec une grande habilité et sait comment mettre Trump hors de lui. Ce dernier mord à l’hameçon à chaque fois.

L'avortement dans les discussions

 

Un sujet a fait une apparition bienvenue lors des échanges entre les deux candidats : l’avortement. Négligé lors des précédents débats, il a été amené par le modérateur Chris Wallace, journaliste à Fox News. Clinton a joué la carte de l’émotion en racontant sa rencontre avec une femme qui faisait face à plus grande décision de sa vie : avorter ou non alors qu’elle était enceinte de 31 semaines (huitième mois). Elle appelle à la compréhension et à ce que les femmes aient légalement le droit de choisir, ce qui représenterait un grand pas pour les droits en matière de procréation. Donald Trump se place résolument du côté des « pro-vie » et critique la position de Clinton : « Si vous prenez ce qu’Hillary dit, vous pouvez enlever le bébé pendant le neuvième mois. Vous pouvez l’arracher du ventre de sa mère le dernier jour de grossesse ». D’accord Donald... Mais la rhétorique choc fera cependant sûrement effet.

 

Un débat intéressant donc, et qui se rapproche un peu plus de l’idée que l’on s’en fait. Celui-ci clôture en quelque sorte la campagne présidentielle et lance le décompte vers les élections et le résultat final. J-18...


Cécile Lemoine
(Crédts photo : REUTERS)